«De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins» : la base de la reconnaissance sociale

La chronique de Jean-Marie Meilland• «De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins», voilà une maxime maintes fois répétée et commentée par les fondateurs du socialisme1. Elle signifie que chacun apporte à la société ce qu’il est capable de lui apporter, ni plus, ni moins, et qu’en échange, la société lui garantit ce dont il a besoin pour vivre et s’épanouir.

Certes cette maxime est conçue pour une société socialiste qui n’existe pas encore. Dans la société capitaliste, innombrables sont ceux qui n’agissent pas conformément à leurs capacités. Il y a ceux, chômeurs, précaires, opprimés, aux talents gaspillés, qu’on empêche de se développer conformément à ce qu’ils sont. Il y a ceux, aussi, héritiers et profiteurs,...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !
Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page