Un multiplexe menace le cinéma La Grange

Jura• La fréquentation du cinéma indépendant «La Grange», à Delémont a chuté depuis l’ouverture d’un quadruplex en périphérie de la ville.

En 1979, une des deux salles de cinéma de Delémont fermait ses portes. Des cinéphiles, soucieux de maintenir l’existence de deux cinémas, se sont alors organisés pour créer une coopérative. Ils ont transformé une ancienne grange de la vieille ville en salle de cinéma d’une petite centaine de places, qui a ouvert ses portes en 1981. Jusqu’en 2015, le Lido et La Grange ont pu ainsi assurer une offre complémentaire de films au public de la région.

Mais, il y a un an, s’est ouvert en périphérie sud de la ville un complexe cinématographique de quatre salles, Cinémont. Quelques mois plus tard, le cinéma Lido fermait ses portes, et le cinéma La Grange constatait une forte baisse de la fréquentation. Evidemment, vis-à-vis des distributeurs, Cinémont avait plus de poids que les deux autres cinémas. Il devenait plus difficile pour ceux-ci d’obtenir des films «grand public», qui aident à s’en sortir financièrement. Par rapport à janvier-novembre 2014 et 2015, la fréquentation du cinéma La Grange a chuté de plus de 50 % et on s’attend à un déficit de 50’000 francs en 2016.

Des négociations difficiles
Dès juin, des cinéphiles ont créé un groupe de travail pour chercher des moyens de sauver La Grange. En août, ils ont effectué un sondage auprès des spectateurs de l’«Open Air». Sur 540 réponses, 481 ont déclaré souhaiter le maintien d’un cinéma en vieille ville et 65 se sont annoncés pour participer à une séance pour chercher des solutions. Diverses propositions ont été faites: création d’un ciné-club, contacts avec des associations d’immigrés pour présenter des films dans leur langue, etc. Ils ont déjà obtenu le soutien de 35 commerçants de la vieille ville qui offrent des rabais ou petits cadeaux sur présentation d’un billet du cinéma.

Samedi dernier se déroulait l’assemblée de la coopérative, en présence d’une soixantaine de personnes. Elle a déjà permis de renforcer le conseil d’administration, qui s’était réduit à deux personnes, suite à un décès et à deux démissions. Ce sont dorénavant 7 membres qui en feront partie, la plupart issus du groupe qui s’était réuni depuis le mois de juin. Une association d’«amis du cinéma La Grange» sera créée pour continuer à rechercher des moyens de sauver le cinéma. Mais la gérante de celui-ci a averti qu’elle ne voyait pas de salut en dehors d’une collaboration avec Cinémont.

Des discussions visant à laisser à La Grange quelques films à succès ont échoué. La propriétaire de Cinémont ne semble accepter de négocier qu’une chose: la Grange pourrait devenir en quelque sorte la cinquième salle de Cinémont. Evidemment, cela suscite des réticences chez les coopérateurs. La gérante et l’assemblée y mettent une condition: La Grange doit conserver le libre choix d’une partie de la programmation. L’assemblée a admis l’idée qu’il fallait poursuivre les discussions avec Cinémont.

Pour conclure, rappelons ce qui a été dit lors de cette séance: la meilleure façon de soutenir La Grange, c’est d’y aller pour voir des films.

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page