“Le Courrier” nous emmène sur les lieux de la contestation

Publication • Partir sur les traces des lieux de contestation en Suisse, c'est ce que propose le quotidien Le Courrier dans son second numéro hors-série, tout fraîchement sorti de presse...

Partir sur les traces des lieux de contestation en Suisse, c’est ce que propose le quotidien Le Courrier dans son second numéro hors-série, tout fraîchement sorti de presse. Celui-ci compile des articles écrits lors de deux séries d’été en 2013 et 2014 et quelques contributions inédites. Sur une centaine de pages, l’équipe du Courrier nous invite à revenir sur «cette histoire populaire, oubliée des programmes scolaires et négligée par les autorités à l’heure des commémorations», écrit Benito Perez, actuel corédacteur en chef du journal, dans l’éditorial du numéro. Car la Suisse «n’est pas et n’a jamais été ce havre de paix et de prospérité partagée célébré par le mythe», rappelle-t-il.

Au gré des pages, on passe du Café de la Poste du Locle, qui accueillait en 1869 une conférence de Bakounine, aux entrepôts de la pointe de la Jonction à Genève, alors qu’un conflit social au sein de la Compagnie genevoise des tramways électriques débouche en 1902 sur la première grève générale du pays, avec un détour au Café des Lauriers, à Lausanne, bistrot centenaire dans l’arrière-salle duquel le POP est fondé en 1943, lors d’une réunion clandestine. La Rote Fabrik de Zurich, «née das les gaz lacrymogènes et la mouvance punk», ou encore le parc des Bastions de Genève, où le mouvement des indignés a essaimé en 2011, sont également au programme. Autant d’étapes pour «reconquérir un passé de luttes et d’espoirs, et se prendre à rêver d’une autre Suisse, moins conformiste et plus solidaire».

“Sur les traces de la Suisse rebelle”, à commander sur www.lecourrier.ch