«Le Temps» quitte le Jura et investit… mais dans quoi?

Presse• Le Jura et Neuchâtel ne figurent pas parmi les priorités du "Temps", qui a supprimé, dans sa charrette de 36 licenciements, le poste de correspondant dans la région...

Le Jura et Neuchâtel ne figurent pas parmi les priorités du Temps, qui a supprimé, dans sa charrette de 36 licenciements, le poste de correspondant dans la région. Une décision qui «inquiète les gouvernements des cantons concernés», selon la radio régionale RTN. Le ministre jurassien Charles Juillard, qui s’exprimait sur ses ondes, a jugé la décision «tout à fait regrettable», ajoutant qu’elle lui fait «craindre le pire». Toujours selon RTN, le directeur de Ringier Axel Springer Suisse romande, Daniel Pillard, «refuse d’y voir le signe d’une mise à l’écart des cantons de Neuchâtel, du Jura et de Berne et assure que même si le poste disparaît, d’autres journalistes des rubriques nationale et économique assureront une couverture de qualité dans la région».

On aimerait bien le croire, mais pour l’heure, les forces restantes du quotidien semblent occupées à d’autres tâches prioritaires. Notamment le nouveau magazine T, dont le premier numéro a finement été intitulé «Partir», comme l’ont relevé différents observateurs. Avec ses rubriques «Beauté», «Escapades», «Mode» ou «Style» et ses multiples pages de pub, il ne fait guère illusion. Par ailleurs, après avoir viré 36 personnes, le Temps recrute! Notamment 5 stagiaires pas chers, comme le relate Vigousse, mais aussi deux CDI à 100%, dans le secrétariat de rédaction et le journalisme vidéo pour le web. Mission: «Identifier les trends liés aux réseaux sociaux et les sujets à fort potentiel vidéo», ou encore «Suivre la publication des contenus vidéos sur les plateformes du Temps et mesurer leur impact». La réalité du journalisme aujourd’hui. Même s’il y aurait peut-être un peu rechigné, l’un ou l’autre des 36 licenciés n’était-il pas capable de faire ce travail? Trop vieux, trop chers, pas assez branchés «clic». Le message semble assez clair.

Heureusement, les lecteurs pourront toujours se replier sur Gauchebdo qui, lui, maintient son correspondant à Neuchâtel tout comme sa présence sur le web!

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page