Un hommage genevois aux militants des droits humains

Photographie • Militant et photographe infatigable de tous les événements genevois, Demir Sönmez, Suisse d’origine arménienne et kurde, vient de sortir un recueil de photographies illustrant les diverses mobilisations qui se tiennent jours après jour sur la Place de nations, véritable «place des peuples » et des droits humains en face de l’ONU.

Manifestation de soutien aux prisonniers aux Cambodge, en juin 2016 (Demir Sönmez).

Militant et photographe infatigable de tous les événements genevois, notamment du 1er Mai, Demir Sönmez, Suisse d’origine arménienne et kurde, vient de sortir un recueil de photographies illustrant les diverses mobilisations qui se tiennent jours après jour sur la Place de nations, véritable «place des peuples » et des droits humains en face de l’ONU. Parmi les milliers de clichés enregistrés, le membre fondateur de l’association populaire de Genève (ASSMP), a choisi 64 images, dont 50 proviennent de l’exposition qu’il avait installée en 2016 à la Place des Nations et 14 sont inédites. «Pourquoi la Place des Nations? Cette place a une signification très forte, en particulier pour les peuples qui luttent contre l’oppression et pour leurs droits. En quelque sorte, cette place matérialise à elle seule l’un des droits fondamentaux de l’être humain: le droit de manifester», souligne le photographe dans le préambule du livre.

Un ouvrage à fleur de contestation
Au fil des pages, de façon souvent frontale, les photos de groupe ou de gros plan donnent à voir un échantillon des luttes qui se déroulent dans le monde et notamment au Sud: Palestine, Erythrée, Ethiopie, Sahara occidental, Philippines, Tibet. Autant de pays qui subissent profondément et dans l’horreur absolue des entorses au respect de la vie des hommes, des femmes ou même des enfants. D’autres luttes, plus socio-économiques celles-là, comme celles des paysans de la Via Campesina contre l’agro-business, des altermondialistes contre le libre-échange néolibéral vendu par l’OMC ou des ouvriers de Caterpillar Belgique contre la fermeture de leur usine, dont le siège social européen est à Genève, sont aussi abordées.

La photo de la banderole dédiée à Berkin Elvan, adolescent tué par la police à Istanbul sur la Place Taksim en 2013 et mettant en cause le régime turc et qui avait fortement déplu aux autorités d’Ankara qui avaient tenté de faire pression sur la Ville de Genève pour qu’elle soit retirée, fait aussi partie du livre. Avec cet ouvrage à fleur de contestation, ces milliers de défenseurs anonymes des droits humains, et même du droit des animaux de la part des anti-spécistes, trouvent enfin une reconnaissance méritée.

Demir Sönmez, Place des Nations, Place des peuples, L’honneur de Genève, Ed. Slatkine, 2017, 144p.