Amendé pour avoir manifesté contre TiSA

A l’occasion d’une manifestation le 7 juillet 2015 devant la mission permanente de l’Australie à Genève, une septantaine de personnes s’étaient retrouvées pour dénoncer le secret des négociations sur l’accord TiSA (Accord sur le commerce des services). Ce traité de libre-échange entre notamment les USA, l’UE, la Suisse, le Canada ou le Japon actuellement en...

A l’occasion d’une manifestation le 7 juillet 2015 devant la mission permanente de l’Australie à Genève, une septantaine de personnes s’étaient retrouvées pour dénoncer le secret des négociations sur l’accord TiSA (Accord sur le commerce des services). Ce traité de libre-échange entre notamment les USA, l’UE, la Suisse, le Canada ou le Japon actuellement en négociation prévoit la mise en concurrence du secteur public avec le privé. Il précise aussi que «les pays devraient renoncer à toute législation imposant une implantation locale, liant les contrats à des emplois locaux, à des transferts de technologies, à des efforts de recherche et développement sur place, à l’utilisation de produits industriels nationaux», selon les révélations de Wikileaks.

Suite à ce rassemblement, pour lequel une demande une demande de manifestation avait été déposée, mais qui avait été finalement interdit, l’ancien président du syndicat SSP, Eric Decarro vient de recevoir une grosse amende de 400 francs. Contestant cette sanction devant le tribunal, une audience est prévue le 12 juin à 9h30 au palais de justice. «Je vous demande de venir aussi nombreux que possible car il s’agit d’une question de principe relative à la liberté d’expression et de manifestation et aussi à notre combat contre TiSA: cet accord sur les services qui se négociait en catimini renforcerait partout les multinationales au détriment des services publics, des petites et moyennes entreprises et des conditions de vie et de travail des populations concernées», explique le militant de la gauche de la gauche, qui, du fait de son état de santé, sera représenté au Tribunal par son avocat Olivier Peter.

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page