Eric Decarro, un intellectuel et militant hors pair

Hommage• Le Genevois Eric Decarro, ancien président du SSP et fidèle abonné de «Gauchebdo», nous a quittés.

Il était de toutes les manifestations et de tous les 1er Mai. Récemment encore, malgré son cancer qui le forçait au repos, il s’était fait amender pour avoir manifesté devant l’ambassade d’Australie après avoir dénoncé les méfaits de l’accord Tisa de libre-échange dans le commerce des services. Abonné à Gauchebdo, il n’hésitait pas à appeler notre rédaction pour proposer un article de fond sur l’état actuel du capitalisme mondial ou sur des sujets d’actualité. En 2004, de retour de Mumbai en Inde, il nous faisait ainsi parvenir un reportage sur le Forum social mondial (FSM). En 2015, il s’en prenait à la cure d’austérité concoctée par le Conseil genevois. En 2016, il critiquait le traitement du bilan de Fidel Castro dans les médias occidentaux.

Rigoureuses, précises et documentées, ses analyses fouillées d’orientation marxiste étaient toujours éclairantes et pertinentes. Lors de ses interventions publiques, notamment à la Maison des associations et à l’occasion de tout débat, son point de vue était enrichissant, structuré et pertinent. Ce 4 août, nous avons perdu une tête bien pleine, un analyste de haut vol et précieux des dérives de notre monde actuel, mais pas seulement. Eric Decarro n’était pas un intellectuel en chambre, mais aussi un militant et un syndicaliste qui s’engageait. Dans les années 70, il a été membre du Parti du Travail, à la suite de son père, avant d’entrer en dissidence avec ce parti et de se rapprocher d’autres courants de gauche combative. Avec Daniel Marco, il créera, rappelle l’historien André Rauber, le Centre de liaison politique (CLP) de tendance maoïste, avant de s’engager quelques années plus tard dans solidaritéS.

Au niveau syndical, après avoir été le leader des employés de la fonction publique genevoise, il deviendra président national du SSP de 1995 à 2003. Ce parcours sera semé de batailles mémorables, notamment en 1997 contre l’Arrêté fédéral urgent sur le chômage (AFU) ou la suppression du statut des fonctionnaires en 2000, en s’opposant à la nouvelle Loi sur le personnel. Un honnête homme nous a quittés et nous sommes de tout cœur avec sa famille dans cette période de deuil.

Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page