Retraites. Il faut poser la question de la répartition des richesses

La chronique féministe• Personnellement, je suis déçue du rejet à 52,7% des voix de la Prévoyance 2020, projet de compromis dont les travaux difficiles ont duré six ans... Certes, je n’étais pas satisfaite de l’augmentation de la retraite des femmes à 65 ans, ni convaincue par la «compensation» de 70 francs. Mais j’ai voté oui à la prévoyance 2020 et à l’augmentation de la TVA (qui représentait un café par mois, si j’ai bien compris)...

Personnellement, je suis déçue du rejet à 52,7% des voix de la Prévoyance 2020, projet de compromis dont les travaux difficiles ont duré six ans… Certes, je n’étais pas satisfaite de l’augmentation de la retraite des femmes à 65 ans, ni convaincue par la «compensation» de 70 francs. Mais j’ai voté oui à la prévoyance...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !
Share on Google+Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someonePrint this page