Mauro poggia mis en échec

Genève • Le Grand Conseil sauve le subside de 30 francs à l’assurance maladie.

La mesure avait fait grand bruit. Dans le cadre de son projet de budget 2018, le Conseil d’Etat genevois avait adopté le 1er novembre une modification du règlement d’exécution de la loi d’application de la loi fédérale sur l’assurance maladie (RaLAMal) afin de supprimer les subsides maladie de 30 francs par mois. Cette mesure mesquine proposée par Mauro Poggia et qui touchait les assurés disposant d’un revenu déterminant limité à 38’000 francs pour une personne seule et à 61’000 francs pour un couple, devait permettre d’économiser 5,4 millions de francs et entrer en vigueur au 1er janvier.

La gauche ne l’a pas entendu de cette oreille. Rapidement, Ensemble à Gauche (EàG), avec l’appui des Verts et du PS, a lancé une contre-proposition pour inscrire dans la loi les montants des subsides ainsi que les limites de revenus permettant d’y accéder. «Si le Conseil d’Etat avait les mains libres pour modifier le règlement, il sera désormais obligé de respecter la loi. Cela revient à donner un signal ferme au gouvernement afin qu’il cesse de mettre en question les prestations destinées aux revenus modestes de ce canton», argumentait Jocelyne Haller, députée EàG.

C’est sans coup férir que le parlement a adopté le 23 novembre le projet de loi d’EàG, au grand dam de Mauro Poggia, par 57 oui (EàG, PS, Verts, MCG et UDC) et 37 abstentions (PDC et PLR). «La suppression du subside C, qui aurait touché environ 14’000 Genevois-es, aurait pesé sur un pan déjà fragilisé de la population. Cette mesure ne tenait pas compte du fait que les Genevois-es, dont les primes ont presque doublé en dix ans, débourseront en moyenne 5,4% de plus pour leur assurance maladie en 2018, soit une trentaine de francs de plus en moyenne qu’en 2017. En prenant en compte l’augmentation de 30 francs des primes en 2018, couper le subside C de 30 francs aurait équivalu à faire supporter une augmentation de plus de 60 francs par mois, soit 10% des primes, aux familles touchant annuellement entre 47’000 francs et 61’000 francs, et aux personnes seules gagnant entre 29’000 francs et 38’000 francs», a expliqué EàG à l’issue du vote victorieux.