Unia lance une pétition en faveur des salariés de Zalando

Suisse • "Les collaboratrices et les collaborateurs à Zalando travaillent à des conditions scandaleuses", dénonce Unia.

«Les collaboratrices et les collaborateurs à Zalando travaillent à des conditions scandaleuses: salaire horaire misérable, travail sur appel, contrats à durée déterminée et forte pression du temps (le système informatique mesure le rythme de travail) font malheureusement partie du quotidien des collaborateurs/trices du service colis», dénonce le syndicat Unia, qui vient de lancer une pétition en faveur des salariés travaillant pour les sous-traitants de Zalando.

En Suisse, le groupe, qui est la deuxième plus grande société de vente en ligne dans notre pays et réalise un chiffre d’affaires de 534 millions de francs, fait appel à des sociétés comme MS Direct ou Ingram Micro pour l’envoi des colis. «A St-Gall, 120 collaboratrices et collaborateurs ont travaillé dans le froid et sous une pression extrême à des salaires de misère pour traiter les retours pour Zalando», affirme le syndicat.

L’entreprise dénombre d’autres sites d’expédition à Arbon (TG), Frauenfeld et Rothrist (AG). Face à ce dumping et ces mauvaises conditions de travail, Unia demande que Zalando Suisse garantisse pour ses sous-traitants des conditions de travail décentes et un salaire d’au moins 22 francs de l’heure. «Un travail sain et réglementé est nécessaire aussi dans l’e-commerce. Des conventions collectives de travail sont indispensables pour de bonnes conditions de travail bien réglées», plaide encore le syndicat.

Pétition à signer sur www.unia.ch/petition-zalando