L’irréductible supermarché participatif contre la Migros

Genève • Menacé par l’implantation du Géant orange dans l’écoquartier des Vergers à Meyrin, le premier supermarché alternatif de Suisse romande entre en résistance.

Gauchebdo compte sur le soutien de ses lecteurs! Pour payer votre journal ou nous soutenir par un don ou un abonnement, rendez-vous ici.

Voir également notre interview de Reto Cadotsch, l’un des initiateurs du projet, réalisée en juin dernier.

Ils en rêvent depuis quatre ans. Les membres de La Fève, association de soutien au Supermarché participatif paysan (SPP), projetaient d’installer leur marché agricole citoyen dans le local de 670m2 appartenant à la coopérative Les Ailes dans le futur écoquartier des Vergers à Meyrin. Celui-ci accueillera plus de 3’000 nouveaux habitants d’ici à 2019. Le projet d’implantation est aussi soutenu ardemment par la ville de Meyrin, notamment à travers son conseiller administratif Vert, Pierre-Alain Tschudi. Patatras: mi-janvier, la coopérative a finalement choisi au dernier moment de signer avec le Géant orange, qui ouvrira à cette occasion une première succursale Voi Migros (magasin Voi partenaire franchisé de la Migros) en Suisse romande.

La Migros inflexible
«Le jeudi 10 janvier à 10h30, nous avons rencontré M. Aeby, le directeur de Migros Genève. Malgré leurs 35 magasins dans le canton, ils veulent en ouvrir 3 nouveaux en 2018. Le magasin de Meyrin en fait partie, c’est non négociable. L’argument est le suivant: «Nous sommes le premier distributeur de produits agricoles genevois et nous comptons bien le rester»», explique un membre de La Fève.

«Ni la Ville de Meyrin, ni le canton de Genève – représentés lors de cette réunion pour défendre le fait qu’il faut plus de diversité dans ce monde très fermé de la distribution alimentaire – n’ont réussi à faire vaciller M. Aeby dans ses volontés d’expansion. Il nous a d’ailleurs sympathiquement proposé de distribuer nos produits paysans dans son nouveau magasin. Les Ailes ont choisi la Migros. Celle-ci a choisi d’écarter le SPP. Les autorités cantonales et communales ne pèsent pas lourd dans la balance. Au moins les choses sont claires. Si nous voulons réaliser ce projet, nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes», explique encore le collectif, qui peut compter sur 450 coopérateurs et 1 million de francs de fonds propres.

Il en faudrait cependant plus pour désarmer ces irréductibles défenseurs de la production agricole locale, qui veulent promouvoir une autre vision de l’agriculture à travers leur supermarché autogéré par ses membres, clients et paysans. Une pétition pour sauver le projet a été lancée. Objectif: récolter 10’000 signatures. Le collectif annonçait par ailleurs le 16 janvier sur son site avoir trouvé un emplacement alternatif dans le même quartier. «Dès maintenant, nous attaquons notre plan B et vous pouvez compter sur nous comme nous comptons sur vous», annonce La Fève.

Pétition à signer sur www.spp-vergers.ch