Avec le scandale Novartis, Tsipras contre-attaque

Grèce • Une dizaine de dirigeants de droite, dont l’ex-premier ministre Antonis Samaras, sont soupçonnés d’avoir touché des pots-de-vin du géant pharmaceutique (par Thomas Lemahieu, paru dans L’Humanité).

Brutal retour du refoulé pour la droite grecque. Enivrée par des sondages flatteurs – autour de 30-35% –, la Nouvelle Démocratie (ND) dirigée par Kyriakos Mitsotakis se voyait déjà ne faire qu’une bouchée de Syriza, le parti d’Alexis Tsipras, essoré par les contre-réformes extorquées par les créanciers en juillet 2015, et reprendre le pouvoir à...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !