Les dangereux premiers pas de l’extrême droite italienne

Italie • Depuis la nomination, le 1er juin, du gouvernement transalpin, c’est la Ligue de Matteo Salvini qui donne le la, le Mouvement 5 étoiles, pourtant majoritaire, restant au second plan. En Sicile, l’allié de Marine Le Pen a déroulé son discours xénophobe. (Par Gaël De Santis, paru dans l’Humanité)

Matteo Salvini, sous le regard de Giorgia Meloni, cheffe du parti d’extrême droite Frères d’Italie et de Silvio Berlusconi, leader de Forza Italia. Presidenza della Repubblica
Le nouveau gouvernement italien a prêté serment vendredi. Autour de Giuseppe Conte, le président du Conseil, on compte quatre ministres techniques, neuf pour les démagogues du Mouvement 5 étoiles (M5S) et sept pour les xénophobes de la Ligue (extrême droite). Cette nomination advient après 88 jours d’une crise institutionnelle sans précédent, où chacun a dû faire des...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !