A l’ombre des improvisations d’Ashley Paul

Musique • A la Cave 12 de Genève, l’Américaine a joué son dernier album «Lost in Shadows». Son écoute vous empêche de faire quoi que ce soit d'autre. Excepté vous pencher en lisière de larmes dans un bouleversement de l’être d’une indicible douceur et fraîcheur.

L'Américiane Ashley Paul sidère par sa voix sussurante et des compositions évoluant entre douceur et inquiétude. (DR)
Il est à présent parfaitement clair que cette voix ne chante rien que pour vous et vos états de demi-sommeil. Où l’inconscient le plus fécond infuse et travaille les sensations nébuleuses d’être au monde. Telle simple beauté nue affole et on s’empresse de la couvrir autant que possible de figures connues, dont la Björk des...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !