Le PS veut plafonner les primes maladie

Suisse • Ce plafonnement sera une réalité dès 2019 dans le canton de Vaud, alors qu’une initiative cantonale, allant dans le même sens et soutenue par les Verts et Ensemble à Gauche, a été déposée en mars à Genève.

Ce plafonnement sera une réalité dès 2019 dans le canton de Vaud, alors qu’une initiative cantonale, allant dans le même sens et soutenue par les Verts et Ensemble à Gauche, a été déposée en mars à Genève, mais refusée cette semaine par le gouvernement. Alors pourquoi ne pas l’étendre au niveau national? Pour justifier leur future campagne, les socialistes ont brossé un tableau de la situation, expliquant, par l’entremise de la conseillère nationale vaudoise, Rebecca Ruiz, que «deux millions d’assurés bénéficient aujourd’hui de subsides, ce qui correspond à un taux de bénéficiaire de 27%. Le budget alloué aux réductions individuelles de primes se monte à 4,3 milliards, payés par la Confédération et les cantons». Or, la donne change, du fait que les primes sont de plus en plus chères en Suisse, et que ceux qui doivent les payer sont de moins en moins aidés. Pour faire face à cette détérioration, le parti socialiste a planché sur un texte simple et concis, demandant que «les assurés aient droit à une réduction de primes, que les primes à charge de l’assuré s’élèvent au plus à 10% du revenu disponible et que la réduction de primes soit financée à raison de deux-tiers par la Confédération et le reste du montant par les cantons». Sous réserve de modifications après les discussions du congrès du PSS en décembre, le texte pourrait être lancé dès le printemps 2019, année électorale.

D’après les calculs de l’Union syndicale suisse (USS), le modèle proposé induirait des dépenses comprises entre 7,5 et 8,3 milliards de francs. La Confédération devant donc prendre en charge entre 5 et 5,5 milliards des dépenses totales, alors qu’environ 2,8 milliards seraient à la charge des cantons. A terme, une famille avec deux enfants, dont le revenu imposable déterminant est de 57’400 francs pourrait voir sa prime-maladie de référence de 12’800 francs baisser de 7’400 franc. Pas une paille!

«L’initiative d’allégement des primes permettra aux ménages de payer plus facilement leurs primes. Et cela obligera le corps politique à intervenir contre les coûts trop élevés des soins», espère Marina Carobbio, conseillère nationale tessinoise et vice-présidente du PSS