Utoya, le cinéma face à la catastrophe

Film • Entre hommage aux victimes d’un meurtre de masse, docu-fiction et thriller survivaliste contre l’oubli, «Utoya 22 juillet» marque les esprits.

L’opus rendcompte du massacre en temps réel, essentiellement du point de vue de Kaja (poignante Andrea Berntzen). (DR)
La réalisation vaut notamment par la réflexion qu’elle favorise sur la manière de faire cinéma et par son témoignage à partir d’une catastrophe. Fruit d’un plan séquence étouffant réalisé sans musique, le film-témoin et médium de transmission, «Utoya 22 Juillet», dû au photographe de guerre et cinéaste norvégien Erik Poppe fait un choix expérimental. Ce...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !