Les maçons en force à Genève

Genève • Mardi et mercredi, les syndicats du SIT, Unia et Syna et leurs membres ont réalisé une démonstration de force à Genève.

2500 maçons sont descendus dans la rue pour défendre leur convention collective et le maintien de la retraite à 60 ans.(Unia)

Mardi et mercredi, les syndicats du SIT, Unia et Syna et leurs membres ont réalisé une démonstration de force à Genève. 2500 maçons sont descendus dans la rue pour défendre leur convention collective et le maintien de la retraite à 60 ans. .»La participation élevée montre que les maçons genevois sont prêts à se battre pour défendre leurs droits et leur dignité. Les maçons luttent pour la retraite à 60 ans, contre le dumping salarial et des journées de travail interminables et pour une augmentation de salaire décente», a expliqué Unia. Les syndicats en ont aussi appelé à une réduction du travail temporaire. « Il est cause des pertes de salaire et d’insécurité, en particulier pour les travailleurs âgés. A Genève, il n’est pas rare que des chantiers comptent plus de 70 pour cent d’employés temporaires.», ont-ils relevé.

Après avoir bloqué le centre-ville le premier jour en manifestant sur le Pont du Mont-Blanc, les maçons ont déjoué l’interdiction de passage sur cette artère névralgique le deuxième jour, en bombardant de sms le responsable ad interim de la police, Mauro Poggia.Au soir, les maçons genevois ont décidé en assemblée générale, de suspendre leur grève afin de laisser une chance aux négociations nationales prévues le 9 novembre, tout en exigeant l’ouverture immédiate de négociations cantonales.

La mobilisation continue pourtant dans le reste de la Suisse. Début novembre, ce sera au tour des ouvriers du canton de Vaud et de la plupart des cantons de Suisse alémanique, après que 3000 travailleurs tessinois ont manifesté en début de semaine à Bellinzone.