Le stage, panacée ou exploitation?

Genève • L’Observatoire de l’aide sociale et de l’insertion (OASI) a présenté son bilan des activités de réinsertion (AdR), stages non rémunérés à l’attention des personnes à l’aide sociale dans les secteurs public et parapublic et a formulé des recommandations pour améliorer le système.

En 2017, 1542 personnes à l’aide sociale ont suivi des stages non rémunérés dans le secteur public ou para-public. (Carlos Serra)
En 2017, 1542 personnes à l’aide sociale – sur 13’000 personnes ayant un dossier ouvert à l’Hospice général – ont œuvré dans des stages non rémunérés, à 50% dans un des 79 établissements liés à des services publics ou à des organismes subventionnés. Cette même année, rappelons aussi que 590 autres personnes ont suivi d’autres...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !