Un recul des dogmes libéraux

Livre • Dans son ouvrage, Gilles Raveaud montre en quoi les économistes «experts» sont obligés de corriger leur vue. (Par Jean-Christophe Le Duigou, paru dans L'Humanité)

Il y a bien des alternatives aux politiques libérales! Pour Gilles Raveaud, maître de conférences en économie à l’université Paris-VIII, «le monde a changé» depuis dix ans. Pour preuve, ce que nous disent un ensemble de travaux produits par les organismes officiels et leurs experts, du FMI à l’OCDE, qu’il faut relire avec un œil plus attentif. Plonger dans ces recherches des économistes, dans ces gros rapports des institutions internationales peu enclines à la contestation, permet de mesurer le recul des dogmes libéraux. Selon Gilles Raveaud, il est désormais courant de relever les constats suivants: il y a trop d’inégalités, trop de finance, les salaires ne progressent pas assez, il faut plus d’investissements publics, il faut lutter contre les paradis fiscaux et promouvoir la bataille contre le changement climatique.

Faire la synthèse, organisée, pédagogique, accessible, de ces critiques bienvenues, un peu tardives sans doute, était indispensable. D’autant qu’elles dessinent en creux les contours d’une politique progressiste. D’où l’enjeu de la mise en valeur de ce qui a bougé dans la sphère de l’expertise et qui donne des armes intellectuelles pour définir une autre politique économique: une mondialisation régulée; une finance qui se met au service de l’économie en faisant reculer la fraude fiscale et les lobbies; un développement de la politique industrielle nationale; une politique sociale pour faire reculer le chômage; une réduction des inégalités; la sortie du «tout-croissance». Tout cela devant permettre de suivre une voie progressiste et écologique. On peut sans doute discuter de l’optimisme de l’auteur. On peut aussi s’interroger sur une stratégie qui laisserait de côté la bataille pour une transformation de l’Europe. Reste la question de savoir si une posture conséquente contre le libéralisme ne suppose pas de mettre en cause la logique capitaliste de l’accumulation et de la course au profit. Ces réserves n’ôtent nullement l’intérêt du travail ­présenté.

 

Gilles Raveaud, Économie: on n’a pas tout essayé! Seuil, 2018