70 jours de grève de la faim pour Leyla Güven

Vaud • Après les deux mobilisations de la semaine dernière à Lausanne, une cinquantaine de membres du Centre culturel kurde de Lausanne (CCKL) se sont rassemblés mardi en début d’après-midi devant le Grand Conseil.

Après les deux mobilisations de la semaine dernière à Lausanne, une cinquantaine de membres du Centre culturel kurde de Lausanne (CCKL) se sont rassemblés mardi en début d’après-midi devant le Grand Conseil. Ils ont interpellé les députés sur l’isolement du leader kurde Abdullah Öcalan et sur la vague de grèves de la faim entreprises par des milliers de prisonniers politiques et de citoyens en Turquie, au Kurdistan et en Europe. La députée kurde Leyla Güven entamait ce mardi son 70ème jour de grève alimentaire. Le jour même, de nouveaux municipaux kurdes emprisonnés en Turquie ont rejoint le mouvement, totalisant 262 élus locaux et parlementaires en grève de la faim – y compris la co-présidente du parti démocratique des régions (DBP), Sebahat Tuncel.

Durant la matinée, une délégation du CCKL a rencontré Igor Santucci, secrétaire général du Grand Conseil, qui a souligné que le parlement ne menait pas la politique extérieure de la Suisse. Il a toutefois reconnu que les militants kurdes avaient le droit de faire usage des divers outils d’un état démocratique, comme la pétition ou la résolution. La délégation a pour sa part rappelé qu’environ 90’000 Kurdes résident en Suisse, dont 10’000 ont le droit de vote. Enfin, Jean-Michel Dolivo est intervenu durant les débats au nom du groupe Ensemble à Gauche, afin de demander «qu’ici et ailleurs, la solidarité avec la députée kurde Leyla Güven se propage et que les prisonniers politiques en Turquie soient libérés».