La campagne bat son plein

Vaud • Deux semaines après le début de la campagne pour le Conseil d’Etat, les militants du POP Vaud se sont mobilisés en masse pour donner toutes ses chances à leur candidate Anaïs Timofte. (Par Paris Kyritsis, membre du POP Vaud)

Le POP Vaud privilégie une campagne de terrain et de proximité pour défendre la candidature d'Anaïs Timofte. (POP Vaud)

La campagne est partie sur les chapeaux de roue avec de nombreux stands dans la plupart des villes du Canton. A Lausanne, Renens mais aussi Nyon, Yverdon, Morges, Vevey, et dans d’autres communes de l’Ouest Lausannois, les militants du POP ont battu le pavé pour aller à la rencontre de la population. Et les retours sont très positifs.

Premier constat qui frappe, de nombreuses personnes pensaient que le POP Vaud n’existait plus. A Morges par exemple, nous avons été interpellés par cette personne disant: «je croyais que le POP avait disparu. Je vote PS mais je suis content qu’il y ait un parti qui défende les idéaux du socialisme qui renaissent».

Ce sont souvent des électeurs PS qui discutent avec nous. L’un d’eux, à Nyon, nous a même glissé «Je suis membre du PS mais je voterai pour votre candidate». Le rôle de la télévision a été important. Plusieurs personnes s’approchent de nos stands.«J’ai vu votre candidate sur le petit écran, elle est crédible» a-t-on ainsi entendu à Prilly.

Par ailleurs, le parti n’ayant pas de grands moyens, les militants se sont mobilisés pour réaliser des distributions de tracts à Nyon, Yverdon, dans l’Ouest lausannois, à Sainte-Croix ainsi que dans le Chablais.

Environ 12’000 flyers ont été ainsi distribués. Cent affiches cartonnées ont également été installées dans les villes du canton.

Des forces nouvelles

Depuis décembre dernier, le POP Vaud a reçu de nombreuses demandes d’adhésion, tant dans les villes que dans des plus petites communes. Nawel, éducatrice de 35 ans de Lausanne a été attirée par le discours du POP dans cette campagne. «J’ai vécu des situations proches de celles décrites par votre candidate. Je souhaitais adhérer à un parti sensible aux réalités des travailleurs, et votre campagne fait ressortir cela». Ainsi, le slogan «Simplement populaire» semble bien caractériser le POP Vaud aux yeux de la population. «Je voulais être membre d’un parti qui parle de choses concrètes et qui ne soit pas que dans la théorie», ajoute-t-elle.

Michel, éducateur sportif retraité d’Yverdon, avait quitté le POP il y a une trentaine d’années avant d’y adhérer à nouveau durant la campagne. «J’ai été à la fête de Gauchebdo à Neuchâtel en novembre dernier, j’y ai vu une bonne ambiance et un dynamisme, notamment transmis par les Jeunes POP et leur orchestre, qui m’ont convaincu de revenir».D’autres, comme Jean-Baptiste, 32 ans, de Baulmes, sont sympathisants et ont décidé de venir aider aux stands. «J’ai vu que la campagne avait beaucoup de succès sur les réseaux sociaux, cela m’a motivé à venir aider à Yverdon, aussi parce que le parti revient tenir des stands dans cette ville». Après le stand, il est reparti avec un paquet de tracts à distribuer dans son village.

A travers son ton qui casse les codes et un message simple et populaire, cette campagne a d’ores et déjà du succès sur les réseaux sociaux et parmi les membres. Nombre de ces derniers ne cachent pas leur enthousiasme de militer à nouveau pour une campagne et une candidate aux couleurs purement popistes.