Une mobilisation rouge dans l’Hexagone

France • La campagne citoyenne «Nous voulons des coquelicots» veut interdire tous les pesticides de synthèse en France et pourrait s’élargir à l’Europe.

Un mouvement contre les pesticides de synthèse est lancé en France. (Oudjat45)

En septembre sortait le livre Nous voulons des coquelicots, cosigné par le journaliste Fabrice Nicolino, auteur de Bidoche. L’industrie de la viande menace le monde ou de Lettre à un paysan sur le vaste merdier qu’est devenue l’agriculture, et François Veillerette, militant de la défense de l’environnement et porte-parole de Générations futures. Ce vibrant plaidoyer dénonçait les pesticides de synthèse «qui détruisent tout ce qui est vivant», et demandait leur interdiction. Avec un appel: «Rendez-nous nos coquelicots et nos bleuets! Rendez-nous la beauté du monde!».

Dans la foulée de cette publication, un appel a été lancé sur le Net, avec objectif de récolter 5 millions de signatures d’ici 2020. Près de 700’000 signatures ont pour l’instant été collectées.

Sur le site de l’Appel, un exposé clef-en-main sur les méfaits de la chimie dans la nature est disponible. On y apprend que la production de blé en culture intensive est soumise à un double traitement désherbant, à une triple application de fongicide et de 2 insecticides. Pas très ragoûtant et très mauvais pour la santé. Le site recense aussi les villes, qui soutiennent l’Appel comme Brest ou Bédarieux et propose des inédits d’artistes comme ceux de la chanteuse Emily Loizeau. Régulièrement, le mouvement organise des rassemblements nationaux, soutenus aussi par des initiatives locales. Près de 784 mini-événements sont recensés, comme la déambulation organisée le 1er février par Artisans du Monde et La Compagnie d’un Soir devant la mairie d’Annemasse. Un Atlas des pesticides est à l’étude.

«Après avoir promis l’abandon du seul glyphosate, Emmanuel Macron, cédant une fois de plus à la puissance de l’agrochimie, renonce à son engagement solennel de nous libérer de ce poison sous trois ans. Et ça n’en finira jamais. Le mouvement des coquelicots a adopté la seule voie réaliste qui nous reste: l’interdiction de tous les pesticides. Nous y arriverons, tous ensemble nous y arriverons», s’enthousiasme l’Appel, qui pourrait s’étendre hors de l’Hexagone.«Se battre sur la France, concentrer nos forces, est le gage du succès, qu’on étendra en Belgique, en Allemagne, au Pays-Bas, en Italie, en Espagne. Ensuite, le mouvement deviendra mondial», prévenait déjà Fabrice Nicolino dans une interview à Télérama.

 

Infos complémentaires sur www.nousvoulonsdescoquelicots.org