Les travailleurs d’ONET toujours en grève

Genève • Voilà plus de trente jours que 11 travailleurs WC publics de l’entreprise ONET sont en grève à Genève.

Voilà plus de trente jours que 11 travailleurs WC publics de l’entreprise ONET sont en grève à Genève (voir notre édition du 14 février). Cette semaine, le syndicat SIT faisait le point de la situation, qui est plutôt dans l’ornière. Si l’employeur a reconnu différentes infractions à la Loi sur le Travail, des problèmes dans le paiement de la LPP ou dans la fixation des plannings, il se refuserait à engager les salariés – qui travaillent presque tous seulement 32 heures par semaine – à un horaire complet, leur permettant de vivre plus décemment. «ONET a justifié son refus, en disant que ce marché n’était pas rentable. Selon nos calculs, il manquerait 158’000 francs pour fiancer des horaires à 43 heures», a expliqué Thierry Horner, secrétaire syndical. Dans le même temps, l’employeur aurait fait appel à une société intérimaire – qui s’est finalement rétractée, car cela contrevenait à la CCT de location de services – pour assurer le travail de nettoyages des 58 WC publics assuré par les grévistes. Ce qui explique que le SIT ait demandé qu’ONET soit révoqué de son mandat. «Avec un nouvel appel d’offres, on est parti pour trois à quatre mois», précise Thierry Horner.

 

Côté politique, les choses n’avancent guère plus vite. Adjudicateur et mandataire de ce marché public, le conseil administratif n’en finit pas de se renvoyer la balle entre les socialistes Sandrine Salerno, Sami Kanaan et le PDC Guillaume Barazzone. Une motion de la conseillère municipale Maria Perez du Parti du Travail afin d’internaliser le personnel de nettoyage des WC publics a été déposée au conseil municipal. Elle est encore à l’étude en commission…