Un Shakespeare forain et burlesque

L’Anglais Dan Jemmett croise music-hall, stand-up et comique décalé. Pour déterrer les vestiges d’un théâtre populaire dans “Je suis invisible!” d’après “Le Songe d’une nuit d’été”. Tout en laissant dans l’ombre la mélancolie et la mort s’opposant à la gaieté.

Shakespeare à la sauce cabaret érotique et farce burlesque. S. Korzekwa
Un bus rouillé et moussu est échoué dans une forêt près d’Athènes. Le Souverain Thésée (David Alya, un brin emprunté) s’en extrait. Ce début vous déconcerte ? Quoi de plus normal. Le Songe d’une nuit d’été – rebaptisé Je suis invisible! – est une pièce inclassable, où le merveilleux le dispute à la comédie et au...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !