Gregor Sailer, arpenteur d’illusions bâties

Photographie • «Le Village Potemkine» dévoile des décors fantômes et le camouflage de sites sensibles suscités par des motifs militaires, politiques et économiques.

Gregor Sailer, Junction City IV, Fort Irwin, US Army, désert des Mojaves, Californie, États-Unis, 2016. (Gregor Sailer)
Le photographe né à Shwachs (Tyrol) en 1980 a toujours été intrigué par l’équilibre incertain entre réalité et illusion. Au fil de son exposition, «Le Village Potemkine» (2015-17), l’œil découvre des centres de formation au combat dans un désert américain et en Europe. Singulièrement en France avec le camp d’entraînement pour l’armée française de «Beauséjour»...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !