13e salaire pour toutes et tous!

Suisse • Le Conseiller national neuchâtelois du PST-POP, Denis de la Reussille, est membre de la commission de politique extérieure. Il s’engage pour les intérêts des travailleuses et des travailleurs, pour l’écologie et pour un meilleur contrôle de l’économie. Il critique l’omniprésence des lobbyistes au Palais fédéral. (Propos recueillis par Damian Bugmann, paru dans Vorwärts)

Qu’est-ce qui vous plaît dans le travail parlementaire et qu’est-ce que vous appréciez moins?

Denis de la Reussille La diversité des sujets traités est évidemment extrêmement intéressante. En étant membre de la commission des Affaires étrangères, les sujets touchant les accords commerciaux, notamment de libre-échange, sont particulièrement captivants. A titre d’exemple, la problématique de l’importation d’huile de palme et ses conséquences pour la production suisse a été débattue ces derniers mois et m’a harponné. L’omniprésence au parlement des groupes de pression et des lobbyistes de toute sorte est, elle, difficilement acceptable.

Laquelle de vos interventions parlementaires a fait le plus de bruit?

J’ai eu l’occasion d’interpeller le Conseil fédéral concernant CFF-cargo. J’ai intitulé mon interpellation «restructuration à la hache de CFF-cargo». En effet, la direction de CFF-cargo a annoncé en 2018, un programme de restructurations prévoyant la suppression de 800 emplois d’ici 2023. Les premières mesures ont touché les Montagnes neuchâteloises, le canton du Jura et le Jura bernois. Il en résulte des dizaines de fermetures de gares marchandises et plutôt qu’une réorganisation, c’est un véritable démantèlement des points de desserte qui est programmé, avec évidemment des conséquences sociales extrêmement importantes. Ainsi la suppression de centaines d’emplois mais aussi une aberration environnementale avec un transfert de milliers de tonnes de marchandises du rail à la route. A cette occasion, j’ai pu répondre à de nombreuses sollicitations médiatiques.

Avez-vous pu observer des changements dans les têtes de politiciens des transports sur ce sujet?

J’ai l’impression que mes interventions sur la problématique des CFF et de CFF-cargo ont permis une certaine prise de conscience notamment des médias sur l’aberration de la politique d’abandon de CFF-cargo avec comme conséquence le transfert sur la route alors qu’en même temps la problématique de la lutte contre le réchauffement climatique est une priorité absolue.

Laquelle de vos interventions parlementaires de l’année passée fut la plus importante?

J’ai eu l’occasion de déposer un postulat en 2018 intitulé «Des mesures préventives efficaces pour lutter contre les effets pervers des systèmes à guidage vocal: la santé des travailleurs passe avant les profits». (GH, 4.10.18). La réponse du Conseil fédéral n’est évidemment, à mes yeux, pas satisfaisante. Tant ce type de travail, notamment dans le secteur de la logistique, est devenu extrêmement pénible, conduit souvent à des burn-out et cela concerne près de 3000 travailleurs en Suisse.

Et cette année?

J’ai déposé une interpellation intitulée «Un 13e salaire pour toutes et tous». En effet, contrairement à ce qu’imagine une très grande partie de notre population, il existe encore de nombreuses activités professionnelles qui ne bénéficient pas d’un 13e salaire, notamment dans des secteurs non conventionnés comme les entreprises de nettoyage. Le Conseil fédéral n’a pas encore répondu à cette interpellation..

Quels sont les avantages et les désavantages d’être membre du Groupe des Verts?

Dans la situation actuelle, il est indispensable de faire partie d’un groupe, en l’occurrence celui des Verts. Cela me permet d’avoir accès à une commission parlementaire. Il est bon de préciser que pour créer un groupe, il faut avoir 5 élus et que seuls les groupes accèdent aux commissions. Mon appartenance au groupe des Verts me permet d’avoir accès à son secrétariat, ce qui est indispensable tant la masse de documents et de dossiers est conséquente. Par ailleurs, les contacts avec les membres du groupe des Verts sont très agréables et respectueux, me laissant une totale liberté dans mes votes. Malheureusement, cela peut aussi amener quelques inconvénients. Pour exemple, je dois souvent corriger des interviews en indiquant que je suis élu du PST-POP et membre du groupe des Verts alors que régulièrement des journalistes me désignent comme conseiller national Vert.

Que préparez-vous en ce moment?

J’ai eu l’occasion, au mois de mars, de déposer une motion concernant les produits phytosanitaires en demandant au Conseil fédéral qu’il soumette les produits phytosanitaires au taux de TVA ordinaire et non pas au taux réduit de TVA. En cas d’acceptation, cela serait un premier petit pas dans la bonne direction