«J’veux du soleil» vaut le détour

Cinéma • Le film de François Ruffin et Gilles Perret va au cœur du mouvement des gilets jaunes. (Par Luca Schalbetter)

Cela fait à peine 3 semaines que le mouvement des gilets jaunes a débuté lorsque François Ruffin, député picard de la France insoumise et auteur de Merci Patron!, traverse le pays à la rencontre des gens au cœur de la contestation contre le gouvernement. Avec lui, Gilles Perret, réalisateur de La Sociale ou Les jours heureux.

Ce documentaire sensible et coloré sur les gilets jaunes mérite d’être vu à tout prix. Ne serait-ce que pour avoir une approche aux antipodes des grands médias français présentant le mouvement comme «fascisant», «brutal», «destructeur» ou encore enclin à une inquiétante «radicalisation». Au-delà de sa spontanéité particulièrement surprenante, un autre élément mérite réflexion: la constitution sociale des gilets jaunes ne correspond pas à celle d’une énième mobilisation des centrales syndicales et de leurs alliés. Au contraire, c’est bel et bien les muets qui sont devenus bavards. Des gens qui sont sortis de la résignation et ont trouvé leur juste place dans le mouvement des gilets jaunes.

Le pouvoir d’achat (hausse des salaires, pensions, indemnités de chômage et des minima sociaux) est le moteur de la colère qui aujourd’hui fédère le peuple face à ses élites déconnectées et arrogantes. La violence de cette bourgeoisie méprisante pour le peuple, confirme à quel point le mouvement a un contenu de classe, et bon nombre d’acteurs des gilets jaunes en sont parfaitement conscients.

Je ne peux donc qu’appeler chaque lecteur de Gauchebdo à courir voir cet excellent documentaire, projeté dans de nombreuses salles en Suisse romande