Voyages en zigzag dans l’anthropocène

Expo • Moins paniqué que la militante pour le climat Greta Thunberg, le photographe Yann Mingard offre une pertinente réflexion transhistorique sur les atteintes à notre biotope. Sublime et crépusculaire.

Le biotope du glacier d’Aletsch profondément travaillé par le réchauffement climatique dévoile un paysage tourmenté et ravagé. (Yann Mingard)
Son exposition «Tant de choses planent dans l’air», d’où notre vertige tient davantage de l’allégorie. Elle est interdisciplinaire, convoquant des sources et archives multiples autour de l’expérience de la nature et des bouleversements climatiques et géologiques. Elle ne se veut ainsi nullement une investigation sur les multiples atteintes à la biosphère perpétrées par l’homme. Ce...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !