Le POP se lance dans la course au National

Vaud • La campagne pour les élections fédérales est lancée dans le Canton de Vaud. Avec une liste paritaire et composée de travailleuses et travailleurs et de tous niveaux de formation, le POP Vaudois compte bien récupérer le siège qu’il avait perdu au Conseil National en 2011. (Par Paris Kyritsis)

Le POP lance une liste presque paritaire de 19 candidat.e.s pour le Conseil national. (François Graf)

A travers une liste qu’il présente comme «dynamique et combative» dans son communiqué, le parti veut avant tout faire bouger les lignes et refaire avancer certains dossiers bloqués au parlement depuis des décennies. «Par son programme et ses projets, notre formation compte se poser en force de propositions au parlement», dit son secrétaire Christophe Grand. La question des retraites, sujet sur lequel le PST-POP se mobilise depuis longtemps notamment en faveur d’un renforcement du premier pilier, figure en première ligne des thèmes forts du parti.

«Un siège au parlement permettrait également de faire entendre les propositions du PST-POP en faveur d’une caisse unique et de primes proportionnelles au revenu, qui seront un autre thème très important pour notre parti durant cette campagne», ajoute Anaïs Timofte, qui a été candidate au Conseil d’État vaudois en début d’année et qui sera tête de liste aux côtés de Bernard Borel, ancien député. Les deux se présenteront aussi au Conseil aux Etats.

La liste est diversifiée, avec plusieurs candidats issus de l’immigration et des profils allant de 18 à 77 ans. Le plus jeune, Zakaria Dridi, est gymnasien et membre du comité vaudois pour la grève du climat, il défend «une écologie populaire qui s’attaque aux vrais responsables et pas aux gens», à travers des projets concrets tels que les transports publics gratuits ou la souveraineté alimentaire. L’ancrage régional du parti est également mis en avant. En effet, si un peu plus de la moitié des candidats proviennent de Lausanne et de l’Ouest Lausannois, aucune région du Canton n’est oubliée.

D’autres sujets importants seront défendus tels que la lutte contre l’uberisation ainsi que contre le démantèlement des services publics, une clarification des relations avec l’Union Européenne ainsi que l’instauration d’un salaire minimum pour les travailleurs et apprentis.

La récente percée du Parti des Travailleurs de Belgique (PTB) aux élections fédérales belges, passant de 2 à 12 sièges au parlement, motive le POP vaudois. «Nous visons un ou deux sièges pour le Canton de Vaud, notre idéal serait de pouvoir constituer à nouveau un groupe parlementaire (avec 5 élus, ndlr) dans un futur proche», souligne Christophe Grand. Il annonce également qu’une proposition de sous-apparentement avec les autres forces de la gauche combative du canton a été proposée. Ceci afin de maximiser les chances que la gauche de la gauche obtienne un siège dans le Canton.