Un florilège de stupidités et de contre-vérités

Suisse • Le 14 juin, l’UDC a massivement diffusé son tout-ménage nauséabond en prévision des élections fédérales d’octobre.

Vous avez probablement trouvé dans votre boîte aux lettres l’«édition spéciale» de l’Union dite démocratique et du centre. Elle vous est parvenue le vendredi 14 juin, le jour de la Grève des femmes, ce qui est probablement une provocation voulue… Il serait intéressant de savoir qui finance cette publication de 16 pages en couleur, agrémentée de nombreuses photos et de caricatures dans le style des années trente. Vous l’avez peut-être jetée immédiatement dans la corbeille à papiers. C’est dommage, car il vaut la peine de parcourir son contenu qui est édifiant.

L’ensemble constitue une attaque à boulets rouges contre «la gauche» et les Verts. Selon Albert Rösti, président de l’UDC suisse: «Sous les habits verts à la mode, la gauche cherche à imposer un carcan socialiste et à prendre le pouvoir». Rien que ça! L’«argumentaire» de l’UDC – si l’on peut appeler ainsi ce ramassis de contre-vérités – se développe sur deux axes. Pour Céline Amaudruz, «l’immigration incontrôlée» est la source de tous les maux: elle engendre des besoins supplémentaires en logements, écoles et hôpitaux (à propos, qui travaille dans ces derniers, en exécutant notamment les tâches les plus humbles?). On apprend même qu’un million d’immigrants sont responsables d’une consommation de 59 milliards de litres d’eau, «une eau qui manque à l’agriculture en été». C’est bien connu, les Suisses, eux, ne se lavent pas et n’arrosent pas leur jardin… Cette gauche machiavélique «cherche à faire venir encore plus de requérants en Suisse», alors qu’en réalité elle prône simplement un traitement humain du problème des migrants.

L’autre grand volet de l’argumentaire UDC, représenté en particulier par l’ultra-droitier (et dangereux) Roger Köppel, rédacteur en chef de la Weltwoche depuis qu’elle a passé en mains blochériennes, c’est «l’hystérie climatique». En entretenant celle-ci, «les Verts, marqués par les idées communistes, tentent de détruire les libertés suisses». Puis on apprend que l’usine EMS-CHEMIE, dirigée par Magdalena Martullo-Blocher, est pionnière en matière de protection de l’environnement. La directrice pose d’ailleurs sur une photo à côté de trois employé-e-s bien forcé-e-s de sourire aussi…

Et on en vient au programme pour la législature 2019-2023. Il faut d’abord «restreindre l’aide au développement». Et puis réduire le rôle de l’Etat qui ne fait que nous ponctionner par les impôts. En matière de transports, favoriser la route. Pour finir, on retrouve le leitmotiv habituel qui hélas fait le succès de cette UDC nauséabonde, «réduire l’attractivité pour les faux réfugiés». Au moins les choses sont claires: on sait qui ne PAS élire cet automne!