Un patron suisse finance la distribution d’un label néonazi

Suisse • La semaine passée une enquête du Tages-Anzeiger et de Rundschau de la SFR a révélé que Peter Patrik Roth, propriétaire de la fabrique de matelas bernoise Roviva Roth & Cie AG, a investi 50’000 francs suisses dans le label de vêtements néo-nazi russe «White Rex». (Par AAG)

La semaine passée une enquête du Tages-Anzeiger et de Rundschau de la SFR a révélé que Peter Patrik Roth, propriétaire de la fabrique de matelas bernoise Roviva Roth & Cie AG, a investi 50’000 francs suisses dans le label de vêtements néo-nazi russe «White Rex». White Rex est une marque néo-nazie de produits d’arts martiaux fondée par le célèbre néo-nazi russe Denis Nikitin, dont Roth a fait la connaissance en Russie. Peter Patrick Roth est le sponsor principal de la société de vente par correspondance Fighttex AG de Lotzwil à Berne qui distribue les t-shirts et les gants de boxe White Rex. Roth détient 50’000 francs, soit la moitié du capital-actions de Fighttex AG.

L’autre moitié appartient à Florian Gerber, membre unique du conseil d’administration de Fighttex AG et vice-président du PNOS (Partei National Orientierter Schweizer) un petit parti néo-nazi suisse allemand. Plusieurs photos de Roth posant avec des t-shirts White Rex, aux symboles néo-nazis, ont été publiées par les journaux suisses allemands. Roth n’a pas voulu s’exprimer devant les médias.

Cette affaire n’est pas la première à démontrer que la Suisse sert de base logistique et financière aux néo-nazis européens. En 2016, 5’000 néo-nazis avaient afflué de toute l’Europe à Unterwasser, dans le canton de Saint-Gall, pour assister à des concerts de soutien pour des néo-nazis allemands, en procès dans l’affaire de la NSU (Clandestinité nationale-socialiste). La NSU était une cellule terroriste néo-nazie qui a assassiné neuf immigrés en Allemagne avec une arme provenant de Suisse.