Liste unitaire délaissée par solidaritéS

Genève • Pour les élections municipales du printemps prochain, Ensemble à Gauche partira séparé, suite à la volonté de solidaritéS de s’engager en solo.

L’appel public pour des listes unitaires d’Ensemble à gauche sans conditions préalables, lancé par d’anciens membres de SolidaritéS comme Nils de Dardel, Souhail Mouhanna ou des figures de la gauche alternative telles Erica Deuber Ziegler, Christian Ferrazino ou Philippe Sauvin, aura été vain. Réuni en assemblée générale ce lundi, solidaritéS a décidé de partir avec la Défense des Aîné-e-s, des locataires de l’emploi et du social (DAL) de Christian Zaugg, sans le Parti du Travail pour les élections communales du printemps prochain. Le parti estime qu’il peut atteindre le quorum de 7% en Ville de Genève.

Il présentera aussi l’avocat et député suppléant Pierre Bayenet, qui s’était présenté au poste de procureur général contre Olivier Jornot en 2014, au Conseil administratif en remplacement de Rémi Pagani, qui finira son troisième mandat. Le prétendant sera forcé de déménager en Ville de Genève comme le demande la loi.

Unité de mise

Dans une précédente assemblée, solidaritéS avait conditionné la présentation d’une liste unique au renoncement de la part du PdT de présenter Maria Pérez, Tobia Schnebli, Morten Gisselbaek et Ariane Arlotti, quatre anciens conseillers municipaux de SolidaritéS, qui ont rejoint le PdT. Tout en demandant que le montant de leurs jetons de présence lui soit reversé. Des conditions qu’avait refusées le PdT, dénonçant «un diktat».

Dans le même temps, solidaritéS a appelé le Parti socialiste et les Verts à présenter une liste commune au Conseil administratif dès le premier tour. Ce qui devrait se faire au second tour selon les socialistes.

Prenant acte «avec regret» de la volonté de solidaritéS de présenter une liste propre, le PdT dénonce cet arrêt de mort de la coalition d’Ensemble à Gauche en Ville. «solidaritéS prend la responsabilité de diviser les forces à la gauche des Verts et du PS et de priver ainsi les mouvements sociaux, citoyens et syndicaux engagés en Ville de Genève des moyens politiques indispensables pour la défense des prestations sociales pour la population, pour le statut et les conditions de travail du personnel, contre les externalisations et les privatisations des services publics, contre les réductions de l’offre culturelle, pour la réalisation de réponses urgentes et massives face à la crise climatique, pour l’accueil des migrant.e.s et des réfugié.e.s, pour l’égalité entre femmes et hommes, pour la défense des minorités LGBTIQ, pour le renforcement de la solidarité internationale…», explique le PdT dans un communiqué.

Il met aussi en avant «l’excellent bilan de législature dans la défense de tous les domaines de luttes politiques des candidat.e.s sortant.e.s du groupe municipal d’EàG». «Nous allons poursuivre les préparatifs en vue de la campagne électorale tout en invitant une nouvelle fois solidaritéS à prendre ses responsabilités et à reconsidérer le choix de la division des forces», signale encore le PdT, qui prévoit d’ouvrir sa liste aux candidat.e.s des mouvements sociaux et citoyens engagé.e.s en Ville de Genève.

Il appelle également les Verts et le PS à œuvrer pour l’unité des forces à leur gauche, indispensable pour le renversement de l’actuelle majorité de droite au Conseil municipal et pour le maintien de l’actuelle majorité de l’Alternative à l’exécutif.