Référendum pour des logements accessibles au plus grand nombre

Genève • L’Asloca a lancé un référendum contre la construction de 70% de PPE en zones de développement approuvée par la droite du Grand Conseil.

A la fin du mois d’octobre, la majorité de droite du Grand Conseil a approuvé un projet de loi, fixant la répartition entre les catégories de logement dans les zones de développement créées dans les anciennes zones villa. Celui-ci entérine la possibilité de construire jusqu’à 70% d’appartements en propriété par étage (PPE). Il ne resterait ainsi qu’une proportion de 30% pour des logements sociaux.

«Cette répartition permettra marges bénéficiaires bien confortables, pour les promoteurs, étant donné que les prix des PPE en zone de développement sont contrôlés seulement durant 10 ans», vitupère la Codha (coopérative de l’habitat associatif).

Est passé à l’as, le projet du Conseil d’Etat, qui proposait d’instaurer le ratio d’un tiers de logements d’utilité publique (LUP), d’un tiers de locatifs libres (dont une part importante pour les coopératives dans ces deux premières catégories) et d’un tiers de PPE en zone de développement.

«Cette proposition du gouvernement était un contre-projet à l’initiative IN 161 de la gauche – invalidée par le Tribunal fédéral – qui prévoyait notamment qu’au moins 50% des logements construits en zone de développement soient des LUP», afin d’atteindre l’objectif légal de 20% de ce type d’habitat, dans le parc de logements, rappelle Ensemble à Gauche.  Ces dix dernières années, 50% des nouvelles constructions ont été des villas ou des PPE, 33% des logements sociaux et 17% des logements locatifs, relève la gauche.

«Les LUP, quant à eux, devaient à l’origine constituer petit à petit 20% du parc immobilier, pour répondre aux besoins essentiels des personnes les moins favorisés. Or ceci n’a jamais fonctionné, car la loi n’est pas assez exigeante en la matière. Aujourd’hui, c’est environ 10% du parc immobilier qui est constitué de LUP», précise encore Ensemble à Gauche.

«La situation actuelle montre la nécessité d’une révision de la loi pour faire mieux coïncider la production de nouveaux logements avec les besoins de la population, notamment par une augmentation de la part obligatoire de logements locatifs dans les nouveaux quartiers», revendique la Codha.

Face à cette impasse, la coopérative, ainsi que le PS, les Verts, Ensemble à gauche ont décidé de soutenir le référendum de l’Asloca contre la nouvelle répartition. Ils ont jusqu’à la mi-décembre pour récolter 5’294 signatures valables. L’objectif étant d’aboutir à une modification du ratio de catégories de logements favorable au plus grand nombre.