La solidarité n’est pas criminelle

Suisse • Ce 4 décembre, Solidarités sans frontières a remis à la chancellerie fédérale sa pétition «La solidarité n'est pas un crime».

Dépôt de la pétition de Solidarités sans frontières à Berne. (DR)

Ce mercredi, Solidarités sans frontières a remis à la chancellerie fédérale sa pétition «La solidarité n’est pas un crime». Celle-ci demande une modification de l’article 116 de la Loi sur les étrangers afin de ne plus criminaliser les individus prêtant assistance à des étrangers dès lors que l’acte est désintéressé et que personne n’en retire aucun profit personnel. Comme cela a été le cas avec Anni Lanz, Lisa Bosia ou Norbert Valley, qui ont aidé, en toute bonne foi, des requérants à entrer en Suisse.

«Cette criminalisation est en contradiction avec la Déclaration sur les défenseurs des droits humains, adoptée par l’assemblée générale des Nations Unies en 1998, qui réclame des Etats qu’ils protègent les personnes ou associations œuvrant à la protection des droits et des libertés des peuples et des personnes», relèvent 200 avocat.e.s suisses dans leur propre pétition.