La nature malgré tout chez Blaise Hofmann

Littérature • Ecrivain voyageur émerveillé de beautés et sceptique de réalités, le Morgien a co-écrit le livret de la Fête des Vignerons. Face à la «disneylandisation» des paysages et traditions suisses, sa plume doute.

Blaise Hofmann, une présence intense à la nature. (Sandra Culand)
Au chevet d’un biotope plus que menacé, les contes poético-écologiques d’Hofmann sont pour la fête veveysanne traversés de fulgurantes fusées d’alertes. Ainsi l’auteur né à Villars-sous-Yens dix ans après Mai 68, déterre dans les semis de ses rimes, herbicide, ovicide et larvicide. Plutôt que pesticide, terme qui ne plaisait guère à la Confrérie des Vignerons...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !