«L’achat de votes est une coutume»

Colombie • L’affaire Merlano, du nom d’une politicienne condamnée pour achat de votes, révèle une situation extrêmement grave sur l’état de déliquescence du système politique du pays. (Par Romain Migus)

Députée colombienne réfugiée au Venezuela, l’avocate Aida Merlano dénonce la corruption qui mine le système politique de son pays. (DR)

Aida Merlano est une avocate colombienne. Elle se lance très jeune en politique, parrainée par le politicien Roberto Gerlein, et son frère Julio, qui est à la tête d’une des plus importantes entreprises de BTP de Colombie. Après vingt ans de bons et loyaux services au sein du clan Gerlein, Aida Merlano accède à un siège de député en 2014. Loin d’assouvir son ambition politique, elle se sent pousser des ailes et compte alors succéder à Roberto Gerlein au Sénat de la République colombienne.

Le vieux sénateur, élu sans discontinuité de 1974 à 2018 – 44 ans – ne l’entend pas de cette oreille, préférant préserver un lignage de sang et promouvoir un membre de sa famille pour sa succession. En revanche, son frère Julio soutient la pétition de l’avocate colombienne, avec qui il entretient une relation intime. Pour s’assurer de son élection, les deux amants vont pacter avec l’autre famille politico-économique qui règne sur le nord de la Colombie: les Char.

Dans la famille Char, je voudrais d’abord le père. Bonne pioche. Fuad Char est le fondateur du groupe économique Olimpica, un conglomérat aussi divers que puissant. Il possède des hypermarchés, des entreprises de BTP, des médias, des industries de textile et d’alimentation, des banques. Le groupe est aussi propriétaire d’équipes de sport (dont l’équipe de football Atletico Junior de Barranquilla, où a évolué la star colombienne et ex-montpelliérain Carlos Valderrama), d’un réseau de pharmacies et même d’une fabrique de sextoy. Sachant faire prospérer ses entreprises, Fuad Char a été élu cinq fois sénateur de Colombie. Ses fils suivront le chemin du patriarche, un pied dans l’économie, l’autre en politique. Arturo Char est élu au sénat depuis 2006. Partisan d’une alliance avec le gouvernement d’Ivan Duque, il devrait être élu président de cette assemblée en juillet 2020. Son frère, Alejando Char, a été le maire de la ville de Barranquilla (2008-2011 puis 2016-2019) et se profile comme un possible candidat à la présidence pour 2022.

Aida Merlano obtient donc le soutien des deux puissantes familles de la côte atlantique, toutes liées à la droite et à l’extrême droite colombiennes. En échange du soutien des Char pour son siège au Sénat, Merlano et Julio Gerlein s’engagent à soutenir officieusement la candidate de la famille «rivale» à l’Assemblée nationale. Un micmac politicien qui n’aurait pas dû dépasser les pages «politiques» des journaux régionaux, sauf que…

Le premier domino tombe

Le 11 mars 2018, quelques heures après l’élection de Merlano, la Cour Suprême de Justice de Colombie ordonne l’arrestation de la politicienne, et la perquisition de son siège de campagne. La descente de la Police Judiciaire se solde par la compilation de nombreuses preuves d’achat de vote, et d’une élection truquée. Le 13 septembre 2019, Aida Merlano est condamnée à 15 ans de prison pour association de malfaiteurs, achat de vote, et port illégal d’armes à feu. Elle est incarcérée dans la foulée. Qu’est-ce qui a fait tomber la star montante de la politique costeña colombienne?

Les dissensions au sein du parti politique Cambio Radical entre l’ancien vice-président colombien (et candidat à la présidence) German Vargas Lleras et la famille Char, dont un des fils compte lui aussi s’installer au palais présidentiel de la Casa de Nariño n’est sûrement pas étranger à la disgrâce de Merlano. Peut-être aussi que l’ex-président Uribe en a profité pour jeter l’opprobre sur un possible candidat présidentiel -Alejandro Char – qu’il considère comme trop autonome. Quoiqu’il en soit, l’onde de choc dépasse largement l’incarcération de la jeune femme, et menace désormais directement ses parrains, et leurs prétentions politiques. Aida Merlano en sait beaucoup trop sur les égouts politiques colombiens. Le 2 octobre dernier, prétextant une rage de dents, Aida Merlano est transférée sous bonne escorte du centre pénitencier El Buen Pastor à la clinique La Sabana, située dans le nord de Bogota. Malgré la présence d’une policière, elle réussit pourtant à s’évader

«Wanted» Aida Merlano

La scène, filmée par des caméras de sécurité, fera grand bruit en Colombie. La justice colombienne promet 200 millions de pesos (55’000 euros) pour toute information pouvant conduire à l’arrestation d’Aida Merlano. Peine perdue. Une notice rouge est émise par Interpol à la demande de la Colombie. Si Merlano quitte sa terre natale, le pays où elle aura trouvé refuge devra procéder à son arrestation provisoire dans l’attente de son extradition.

Le 27 janvier au matin, elle est arrêtée à Maracaibo par les Forces Spéciales de la Police Vénézuélienne (FAES). Le Venezuela active alors les protocoles habituels pour répondre à ses engagements auprès d’Interpol. Mais à Bogota, cette arrestation embarrasse le pouvoir. Car Merlano raconte d’ores et déjà qu’elle possède des preuves de la corruption des élites colombiennes.

Quatre mois après la cavale rocambolesque de Merlano, le gouvernement colombien d’Ivan Duque annonce, le 28 janvier, qu’il «demande l’extradition de Aida Merlano au gouvernement légitime du Venezuela, celui de Juan Guaido». Éclats de rire à Caracas. A ce moment précis, Juan Guaido n’est même pas au Venezuela. Il est embarqué dans une tournée internationale aussi spectaculaire qu’inutile. Le ridicule ne tuant pas, Guaido publie un «communiqué» sur Twitter offrant «toute la collaboration possible au Gouvernement de Colombie pour apporter le cadre juridique et institutionnel nécessaire au retour de l’ex-sénatrice dans son pays».

Si l’on ne parlait pas d’un coup d’Etat institutionnel soutenu par les Etats-Unis et leurs vassaux, la position de Guaido prêterait à sourire. En Colombie, en revanche, la manœuvre de Duque suscite le tollé chez ses opposants qui l’accusent d’empêcher le cours de la justice afin de protéger des alliés politiques encombrants.

En piétinant les institutions internationales, Ivan Duque fait coup double. Non seulement il pense réduire au silence la politicienne colombienne, mais en plus il s’évite aussi de devoir remettre à la justice vénézuélienne toute une série de criminels impliqués dans l’attentat à l’explosif contre les pouvoirs publics du Venezuela, et qui ont trouvé un commode refuge dans une Colombie hostile au gouvernement bolivarien.

Le témoignage de Merlano

Pendant ce temps-là, Aida Merlano, est transférée devant les tribunaux vénézuéliens et inculpée d’usurpation d’identité, entrée illégale sur le territoire et association de malfaiteurs. A la demande de l’accusée et de son avocat, une audience spéciale est convoquée le 6 février 2020, devant la
6e chambre du Tribunal pénal de Caracas.

A l’annonce de son nom par la présidente du tribunal, d’une voix tremblante, l’avocate colombienne commence son récit en demandant pardon au Venezuela pour être rentrée illégalement dans le pays. «Mais, continue-t-elle, c’est par désespoir que j’ai fait cela. Car, il y a des facteurs politiques dans mon pays, dont le président Ivan Duque qui cherche à m’assassiner».

«J’ai été inculpée car Germán Vargas Lleras et l’ancien procureur général Nestor Humberto Martinez m’ont accusée de délits de corruption que je n’ai pas commis». Elle laisse entendre qu’elle a été victime d’un règlement de compte entre différentes factions de la vie politique colombienne. Aida reprend sa respiration et continue: «les familles Gerlein et Char en plus des achats de votes pour se faire élire sont les plus grands bénéficiaires des contrats que passe l’Etat avec le secteur privé. En retour, ils ont financé toutes les campagnes des présidents colombiens depuis Uribe. J’ai été un témoin de tout cela».

Après sa condamnation à 15 ans de prison en septembre 2019, Aida Merlano se sent abandonnée de ses parrains politiques. C’est à ce moment qu’elle aurait résolu de collaborer avec la justice: «J’ai décidé de révéler la corruption que j’avais tue jusqu’à là car j’avais peur pour ma famille. En Colombie, 90% des sénateurs sont élus par des achats de vote. J’ai les preuves, audios ou vidéos et même des contrats écrits, que tous les élus de droite de la région de la côte Atlantique ont été élus par ce système».

Les révélations de la jeune femme ne s’arrêtent pas là: «Tous les présidents élus depuis Uribe ont eu recours à l’achat de vote, je possède les documents qui identifient les montants et les destinataires des achats de vote dans le nord du pays». Lorsque Merlano décide de tout balancer à la justice colombienne, Julio Gerlein et la famille Char prennent peur et organise sa fuite rocambolesque. «En réalité, témoigne-t-elle à Caracas, ce n’était pas une évasion mais un kidnapping dans le but de m’assassiner et me faire disparaitre».La voix de Merlano sature.

Entre deux sanglots, elle rajoute, «un de mes ravisseurs m’a avoué que le but était de me tuer et d’abandonner mon cadavre dans une fosse commune». C’est à ce moment-là, prisonnière dans une maison de campagne dans la région de Valledupar, que l’ancienne députée s’enfuit et traverse la frontière avec le Venezuela. «Si je dévoile les preuves des réseaux de corruption de la classe politique colombienne, tout le monde tombera. Pas seulement Duque mais aussi Santos, et Uribe. Je me suis échappée d’une machinerie politique criminelle, qui entretient des liens avec les paramilitaires. Le pays doit savoir la vérité» lance Aida Merlano, en larmes, en insistant avec force détails, sur les liens de corruption entre la présidence colombienne, l’entreprise de construction brésilienne Oderbrecht et les entreprises du BTP des Gerlein et des Char.

Depuis la Colombie, la présidence nie les déclarations de Merlano en bloc. Pouvait-il en être autrement? Il n’empêche que son témoignage vient illustrer une réalité connue par les Colombiens et déjà dénoncée par plusieurs journalistes ou politiciens.

Cette situation n’est pas seulement évoquée par la gauche colombienne. Lorsque Gustavo Petro, candidat malheureux de la présidentielle, fustigea l’achat de votes, il trouva un écho inattendu à l’autre bord de l’échiquier politique. Roberto Gerlein, l’ancien ministre de l’économie et ex-sénateur (19742018), dont le clan est visé par Merlano avait fait, en août 2018, une bien étrange confession qui accrédite les révélations de l’avocate colombienne. Interrogé par la journaliste Vicky Dávila sur W Radio sur l’état de la «démocratie» colombienne, il affirmait alors: «l’achat de vote est une coutume ancienne et un peu immorale, mais c’est une coutume traditionnelle, et pas seulement dans certains départements ou à Barranquilla mais dans tout le nord du pays. Et voulez-vous que je vous dise quelque chose? Ce mécanisme électoral s’est étendu à tout le pays. A Bogota, on achète les votes, à Medellin, on achète les votes, à Pasto, on achète les votes, dans la région de Cali on achète les votes, c’est une coutume électorale qui vient du nord du pays, mais qui s’est étendue à toute la Colombie».

L’affaire Merlano est symptomatique de la déliquescence et de la corruption du système politique colombien. Et le fait que ces révélations viennent «de l’intérieur» du système leur font prendre une autre tournure. Pourquoi donc les politiciens et journalistes occidentaux qui ne manquent jamais de calomnier l’élection du président vénézuélien Nicolas Maduro («frauduleuse», «illégitime», «élu dans des circonstances suspectes»), alors que celle-ci s’est déroulée sous l’égide de 2’000 observateurs internationaux n’ont-ils pas relayé le scandale de l’affaire Merlano?

Paru sur www.romainmigus.info, adapté par la rédaction