Le PdT escompte un retour à Carouge

Genève • A l’occasion des municipales du 15 mars, l’Alternative carougeoise voudrait obtenir une majorité au Conseil municipal et conserver ses deux sièges au Conseil administratif.

Après une législature sans présence de la gauche combative au Conseil municipal, nous escomptons faire notre grand retour», explique Georges Mauron, un des six candidat.e.s du Parti du travail & Voix de gauche à se présenter au scrutin. Problème: tout comme en Ville de Genève, la gauche de la gauche part sur deux listes séparées Avec d’un côté, celle du PdT et de l’autre, celle d’Ensemble à Gauche. «Aux dernières élections fédérales, la gauche de la gauche a réalisé un score de 11% dans la commune, mieux que le PDC qui avait obtenu 8% ou le MCG, qui est en pleine débandade. C’est de bon augure pour nous», relève Georges Mauron.

Il rappelle que la Cité sarde a connu trois maires à ses couleurs au cours de l’histoire. Il sera pourtant difficile de franchir le quorum de 7% pour chacune des formations à la gauche du PS et des Verts, ce qui pourrait nuire à l’objectif d’obtenir une majorité de l’Alternative au Conseil municipal, où font défaut trois sièges sur les 33 que compte l’assemblée.

«Outre les thématiques sociales comme la gratuité des transports publics, nous revendiquons des logements à prix abordables notamment dans le futur chantier du gigantesque périmètre de Praille-Acacias-Vernets (PAV)», explique Maria Martinetti Veckens, aussi candidate du PdT.

«Nous voudrions aussi plus d’espaces publics végétalisés, ce qui permettrait plus de convivialité et aux seniors de se rafraîchir pendant la canicule. Nous avons déposé une pétition dans ce sens fin 2019. Elle a reçu un bon accueil du Conseil administratif», explique encore Georges Mauron.

Outre reverdir la ville et des logements abordables, la formation veut favoriser la mobilité douce et améliorer les liens sociaux en encourageant le dialogue intergénérationelle.  Le candidat rappelle que l’Alternative a aussi réussi à faire approuver par les électeurs une reconstruction du Théâtre de Carouge en phase d’achèvement malgré l’opposition de l’UDC et du MCG. «Ces dernières années, la droite s’est acharnée à lutter contre toute hausse du centime additionnel (part d’impôts octroyée aux communes sur l’impôt versé par les contribuables au Canton), ce qui a bien entendu des implications dans les secteurs de la culture ou du social, avec un manque de places de crèches dans la commune par exemple», dénonce Georges Mauron.

Remplacer Nicolas Walder

A l’exécutif, le PS et les Verts comptent chacun un siège contre un au PLR. L’actuelle conseillère administrative rose Stéphanie Lammar se représente avec comme colistière la verte Sonia Molinari., qui tentera de prendre la succession de Nicolas Walder, président des Verts genevois désormais élu à Berne. Le duo entend axer son programme sur la préservation de l’environnement, favoriser la mixité sociale du logement développer une économie de proximité ou encourager une extension des rues piétonnes et une modération du trafic.

A droite, la représentante du PLR et avocate à la Chambre immobilière genevoise, Anne Hiltpold se présente à nouveau avec comme colistier le PDC Stéphane Barthassat, conseiller communal.