Macron, les flous et les loups

France • La volonté notamment d'ouvrir les écoles, à partir de la mi-mai, pourrait mener le gouvernement à une situation sociale incontrôlable.

«Alors étions-nous préparés à cette crise? A l’évidence pas assez», a déclaré, en guise d’aveu, Emmanuel Macron, lors de sa dernière allocution présidentielle ce mardi. «Mais nous avons fait face en France comme partout ailleurs.Nous avons donc dû parer à l’urgence, prendre des décisions difficiles à partir d’informations partielles, souvent changeantes», s’est-il dédouané. Derrière un...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !