Nouveau match entre les défenseurs du climat et le Crédit Suisse

Suisse • Le Crédit suisse prend à parti les défenseurs du climat.

Après l’acquittement des douze militant.e.s de Lausanne Action Climat, qui avaient joué au tennis dans une succursale du Crédit Suisse (voir Gauchebdo 2 et 3.20), avait été lancée la plateforme discredit- suisse.ch. Cette dernière pointe, de manière «factuelle et sourcée», les investissements de celle qu’ils qualifient de «banque fossile». (Gauchebdo 6.20). Voici que CS contre-attaque.

Plutôt que de s’ouvrir à un débat constructif sur ses investissements, la banque a envoyé ses avocats qui ont enjoint par mail le propriétaire du site à «supprimer le contenu et désactiver la zone de ce nom de domaine:discreditsuisse.ch.»

Pour eux, «il s’agit d’une URL (adresse web) diffamant la marque et le nom de (leur) client (Credit Suisse Group AG).» De leur côté, des militant.e.s répondent que si «les propos du site pouvaient être considérés un tant soit peu diffamatoires», cela ferait longtemps que leurs avocats les auraient rappelés à l’ordre. Ils considèrent donc ce courriel comme une tentative d’intimidation «contraire aux principes de dialogue et de démocratie» qu’ils promeuvent.

De plus, ils ont décidés de rendre le coup en prévenant que «si le Crédit Suisse continue cette pression indigne», ils achèteront les noms de domaines discreditSuisse_xxx.ch (001,002,…) qui poin- teront sur ces pages. Ils proposent d’ores et déjà à quiconque de participer au prix de 8,87 francs l’an pour couvrir les frais du site.

Selon notre humoriste national Thomas Wiesel, qui répand la nouvelle, on compte déjà parmi les signataires Jacques Dubochet, Prix Nobel de Chimie, l’ancien conseiller d’Etat, Philippe Biéler, ou Wiesel lui-même. Mardi, soir l’opération comptais 1149 inscriptions. La force de l’argent contre celle des gens. Encore un sacré match qui s’annonce