On votera sur les avions de combat

Suisse • Le référendum contre l’achat de nouveaux avions de combat a abouti.

Le Groupe pour une suisse sans armée (GSsA), appuyé par la gauche et les Verts ont déposé cette semaine leur référendum contre l’achat de nouveaux avions de combat, fort de 65’874 signatures authentifiées. «Durant l’ensemble de leur durée de vie, ces avions coûteront jusqu’à 24 milliards de francs (outre l’achat, ce montant englobe aussi les coûts d’entretien, de mise à jour et d’exploitation, ndlr) aux contribuables. Cela constitue un gaspillage d’argent inutile et inacceptable, en particulier maintenant, durant l’une des plus grandes crises économiques de l’histoire moderne de la Suisse, soulignent les référendaires.

«De nombreuses personnes sont révoltées par le fait qu’il agit désormais de deux fois plus d’argent que pour les Gripen. La population ne veut pas d’avions de combat de luxe!» commente Lewin Lempert, secrétaire du GSsA, au sujet du succès de la récolte.

Pour sa part, le PS, qui durant le moi d’octobre, avait exposé un concept moins onéreux de police du ciel sur la base d’une étude la société Acamar, cet achat est aussi dispendieux. Du point de vue de la politique de sécurité, l’achat d’avions de combat de luxe n’est pas sensé non plus. « Pour remplir les missions de police de l’air, nous pouvons acheter des avions de combat légers, bien moins chers que les avions de combat de luxe mais aussi plus écologiques et moins bruyants. Une telle alternative n’a toutefois même pas été étudiée sérieusement par le DDPS» explique Carlo Sommaruga, conseiller aux Etats socialiste.

«Il s’agit d’un immense gaspillage d’argent. Cet argent serait bien mieux investi pour garantir des emplois ou pour lutter contre le changement climatique – en particulier maintenant dans le contexte de la crise du coronavirus», explique Fabien Fivaz, conseiller national vert.