Les cadeaux de la BCE aux banques

Economie • Alors que les conséquences économiques de la crise du Covid-19 ne sont pas encore calculables, la Banque Centrale Européenne, accorde aux banques commerciales 1’300 milliards d’euros à taux négatif (-1%). (Par Patrick Savioli)

Ce n’est pas encore Noël, mais ça y ressemble. En effet, la Banque Centrale Européenne vient de mener une opération hors norme, en accordant plus de 1’300 milliards d’euros de refinancement aux banques commerciales européennes dans le cadre de son programme au nom barbare de TLTRO. Il s’agit d’octroyer des prêts à long terme aux banques en les incitants à augmenter leurs activités de prêts aux entreprises et aux privés. L’offre pour des prêts sur trois ans a été souscrite par 742 établissements bancaires.

Ces prêts, censés fournir des crédits aux entreprises et aux ménages suite à la crise sanitaire du coronavirus, vont, pour la plupart, faire l’objet de placements des établissements financiers qui profiteront des écarts de taux d’intérêt et ainsi gagneront de l’argent sans rien faire. Cerise sur le gâteau, la Banque Centrale Européenne prête à taux négatif (-1%), ce qui revient à offrir chaque année le montant astronomique de 13 milliards d’euros au secteur bancaire!

Sur trois ans, c’est près de 40 milliards qui seront créés à partir de rien et qui viendront améliorer les revenus des banques. Pire encore, les Etats garantissent un certain nombre de prêts et en cas de défaut du prêteur, ce sont les contribuables qui paieront! Quand on sait que les banques, surtout italiennes et espagnoles, sont déjà très exposées aux prêts non performants (à risque) et que les conséquences économiques de la crise du coronavirus ne sont pas encore calculables, il est fort probable que cette opération se soldera comptablement par un fiasco pour les citoyens européens. Mais pas pour les banques.