Victoire surprise pour le service civil

Suisse • Le Conseil national a rejeté le durcissement des conditions d’accès au service civil par une courte majorité.

A en croire la RTS, une partie du PDC se serait ralliée à la gauche et aux Vert’libéraux pour jeter le projet aux oubliettes. Il s’agit là d’une belle surprise pour le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) et les Verts, qui se disaient tous deux prêt à aller aux urnes. «Nous étions prêt.e.s pour le référendum contre la nouvelle loi sur le service civil et je suis sûre que nous aurions gagné», a commenté dans un communiqué la secrétaire du GSsA, Aline Bressoud.

«C’est aussi une immense défaite pour la cheffe du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports Viola Amherd et l’armée», a-t-elle ajouté. Voilà des années que le GSsA se bat pour un service civil fort.

Le Groupe rappelle que ces idées ont souvent rencontré l’approbation de la population. Ainsi, après plusieurs décennies de lutte pour la création d’un service civil, lors du vote de 1992 qui l’a mis en place, ce ne sont pas moins de 82% des Helvètes qui s’en sont déclaré.e.s favorables. Selon le GSsA, avant cela, ce sont plus de 10’000 jeunes hommes qui ont été envoyés derrière les barreaux pour «objection de conscience», entre les années 70 et 90, et «cela fait partie des chapitres les plus sombres de l’histoire Suisse».

La victoire d’aujourd’hui, par 103 voix contre 90 et 5 abstention aura évité un retour au temps où ceux qui ne voulaient pas servir à l’armée étaient «chicanés». Malgré «ce grand jour pour une Suisse pacifiste» avec cette bataille remportée, la guerre reste à gagner. «La décision d’aujourd’hui nous donne du courage pour la campagne de votation contre les nouveaux avions de combat», conclut le GSsA qui, malgré son pacifisme, continuera de se battre pour une Suisse démilitarisée