Votations: un petit pas vers la gauche

Suisse • Si les résultats des dernières votations fédérales semblent indiquer que le vent politique tourne à la faveur des forces de la gauche de l’échiquier, la partie ne fait que commencer.

C’est une victoire pour la limitation des idées d’extrême droite en Suisse. L’initiative «pour une immigration modérée», dite de «limitation», qui visait à mettre un coup d’arrêt à la libre circulation des personnes provenant de l’UE a sans surprise échoué dans les urnes. Refusée à plus de 60% par le peuple, la proposition émanant de l’UDC n’aura été «acceptée» que par trois cantons et demi. Ainsi seuls le Tessin, Glaris, Schwytz et Appenzell Rhodes-Intérieures s’y sont déclarés favorables. En Romandie, c’est une véritable claque pour les nationalistes avec un «non» à plus de 70% pour Vaud et Neuchâtel. S’il reste désormais à négocier l’Accord-cadre avec l’Union Européenne, il faut surtout se demander ce que va faire une extrême droite dont le fonds de commerce ne marche plus.

Röstigraben 2.0

Peut-être l’UDC va-t-elle profiter d’un nouveau fossé qui se dessine dans le pays, entre villes (des plaines) et campagnes (des montagnes)? La révision de Loi fédérale sur la chasse et la protection des mammifères et oiseaux sauvages (LChP), qui visait à donner de l’autonomie aux cantons en matière de régulation «préventive» des espèces, a été rejetée de justesse avec 51,9% de votes défavorables. Ainsi que l’a souligné la RTS, le camp du «oui» vit à une altitude moyenne de 946 mètres, celui du «non» en dessous. La division s’étend jusqu’en Suisse Romande. Si dans le Jura, Neuchâtel, Vaud et Genève, le «non» l’emporte, ce n’est pas le cas pour Fribourg et le Valais. Le comité neuchâtelois contre la révision de la loi a d’ailleurs tenu à préciser ne pas être «fermé aux préoccupations des habitant.e.s de la campagne, des détenteur.trice.s d’animaux de rente, mais également des chasseurs». Après avoir longtemps brandi les travailleur.euse.s étranger.ère.s en épouvantails, il se pourrait bien que  l’UDC se mette désormais à crier au loup!

Une Suisse moitié-moitié

Un autre sujet a également divisé le pays dans les urnes, l’achat de nouveaux avions de combat. En effet, l’arrêté fédéral qui en permet l’acquisition a été accepté d’un cheveu par 50,1% des votant.e.s, soit avec un écart de 8000 voix. Le Groupe pour une Suisse sans armée prévient, «le lobbying intensif des constructeurs va commencer. En tant que représentant.e.s du camp du non, nous insisterons sur l’importance de la transparence. Deals opaques et manque de professionnalisme n’ont pas leur place ici». Les débats à venir en la matière opposeront deux moitiés de la population aux divisions plus partisanes que géographiques cette fois, le camp du «oui» étant composé par les partis de la droite (UDC, PLR, PDC) et celui du «non» par ceux de la gauche (Verts, PS, PST-POP).

Dans la bonne voie

Le vent politique semble plutôt à la défaveur des partis bourgeois. En témoigne le référendum lancé par la gauche (PS & Verts) contre la déduction des frais de garde des enfants de l’impôt fédéral direct voulue par la majorité de droite. 63% des votant.e.s se sont opposés à ce que le PST-POP qualifiait de «déduction… ne profit[ant] presque exclusivement qu’aux familles aisées» et le PS «d’arnaque fiscale». Ainsi aussi l’adoption de la modification de la loi sur les allocations pour perte de gain ouvrant un droit à deux semaines de congé paternité. A Genève, le Collectif pour la Grève féministe s’est déclaré soulagé du soutien des votant.e.s à ce «com- promis minimaliste». Il indique que «nous nous trouvons (enfin) sur la bonne voie». Si la direction est bonne, le chemin est encore long. Le discours xénophobe ne mord plus, mais il est toujours là. L’écologie politique monte en puissance, mais à un rythme moindre que la température terrestre. La lutte pour l’égalité des sexes avance, mais les travailleuses gagnent toujours moins en moyenne que les travailleurs. La lutte des classes fait rage, mais ce ne sont pas les classes laborieuses qui sont en train de la gagner.