Noms de rues: la guerre des plaques

Opinion • Partie notamment d’une volonté d’assurer une représentation paritaire et non discriminante du féminin et du masculin en termes de reconnaissance historique et sociale, la féminisation de l’espace public tomberait-elle à côté de la plaque? Ou comment conjuguer visibilisation des femmes, éthique, devoir d’histoire et de mémoire. (Par Anna Spilmann)

Des jeunes universitaires genevoises se regroupent en 2017 et fondent l’association Escuerda. Celle-ci entend dénoncer le capitalisme, le sexisme, le racisme, «idéologies qui produisent des oppressions systémiques qui régissent… nos sociétés». Ces militantes veulent les combattre et affirment «être à la recherche d’alternatives au système capitaliste, patriarcal et raciste dans lequel nous vivons». Elles projettent...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !