A propos de Gauchebdo

Chaque semaine, Gauchebdo se fait la “tribune des hommes et des femmes qui résistent, la voix de celles et ceux qui proposent de changer la société”. Loin de se contenter d’apporter son regard critique sur l’actualité, le journal propose régulièrement un éclairage plus large à travers des reportages, enquêtes, interviews et analyses de fond sur différents sujets politiques, historiques ou sociétaux. Gauchebdo accorde également une place importante à la culture dans ses pages, en particulier lorsque celle-ci encourage une réflexion critique: théâtre, concerts, livres et expositions en tous genre sont régulièrement mis en avant.
Gauchebdo bénéficie d’un partenariat avec le quotidien français l’Humanité, dont il reproduit régulièrement des articles.

Comment est né «Gauchebdo»?
Gauchebdo a été lancé en 1995 sur une idée de militants popistes, tel que le conseiller national Josef Zisyadis. Il succédait à VO Réalités, un hebdomadaire au format tabloïd, qui avait lui-même pris la suite du quotidien Voix Ouvrière en 1986.

Quelle est la ligne éditoriale?
Une «Charte rédactionnelle» fixe la ligne. On peut lire dans ce document que le but politique de Gauchebdo est de défendre «les intérêts du monde du travail», sa ligne rédactionnelle s’inspire du programme du Parti suisse du travail (PST). Cependant, le journal ouvre ses colonnes à des mouvements poursuivant des buts similaires. «Sa rédaction jouit d’une totale liberté de traitement de l’information (…) Nul ne peut être contraint d’écrire un article contraire à ses convictions personnelles.» Gauchebdo est un journal politique, mais «ses rédacteurs s’engagent à informer de manière aussi complète que possible (…) Ils respectent les principes de déontologie et d’éthique des journalistes.» La «Déclaration des devoirs et des droits des journalistes», une charte internationale du journalisme, est d’ailleurs intégrée au document.

Qu’est-ce qui différencie Gauchebdo des autres journaux?
Gauchebdo se différencie des autres journaux sur au moins trois points: ses moyens, la liberté qui règne au sein de la rédaction et son engagement politique. Gauchebdo est certainement l’hebdomadaire qui dispose du plus petit budget en Suisse, et peut-être en Europe, voire dans le monde! Notre publication repose largement sur l’engagement des militants et la polyvalence de la rédaction. Chez-nous, pas de dépenses inutiles! La seconde originalité de Gauchebdo est l’entière liberté rédactionnelle offerte à la rédaction, ce qui est plutôt rare pour un journal lié à un parti politique. Certes, des journaux d’opinion et des bulletins de mouvements offrent également cette liberté à leurs rédacteurs. Mais ces publications sont soit limitées dans les sujets qu’elles abordent, soit elles ont un tirage encore moins élevé que le nôtre ou ne paraissent qu’épisodiquement. A notre connaissance, en Suisse romande, aucun hebdomadaire ou quotidien n’offre cette autonomie à la rédaction. Cette liberté, qui contient autant de devoirs que de droits, est indispensable pour écrire des articles engagés. Et c’est là, enfin, la singularité de notre publication. Depuis plus de 60 ans, Gauchebdo n’a pas cessé de dénoncer les méfaits du capitalisme et de croire dans la possibilité d’une société solidaire et fraternelle.

Qui choisi les articles et les sujets?
Les choix éditoriaux et rédactionnels sont opérés par la «Conférence rédactionnelle», présidée par Christiane Jaquet, et composée des journalistes permanents Joël Depommier et Juliette Müller, des journalistes stagiaires, ainsi que des rédacteurs réguliers comme Alain Bringolf, Pierre Jeanneret, Anna Spillman, Huguette Junod Jean-Pierre Kohler ou Julien Sansonnens. Dans le choix des articles, la rédaction tient compte évidemment de l’actualité politique, mais aussi des «envies» des journalistes et des propositions qui lui sont faites. Gauchebdo est un journal «participatif» qui repose largement sur des contributions bénévoles. Dans la mesure du possible, la rédaction publie tous les articles qui lui sont proposés, un texte est très rarement refusé.

Combien avez-vous d’abonnés? Quel est le tirage?
Gauchebdo a un peu plus d’un millier d’abonnés. Le tirage est de 2’000 exemplaires.

Où êtes-vous imprimé?
Gauchebdo est imprimé chez Pressor, à Delémont dans le canton du Jura. Pour la Société d’édition, il est important que le journal soit imprimé en Suisse romande, dans une entreprise qui respecte la convention collective de l’imprimerie.

A qui appartient «Gauchebdo»?
Gauchebdo appartient aux sections romandes Parti suisse du Travail (PST). Il n’est pas l’organe officiel du PST, mais l’hebdomadaire. La Société d’édition est chargée de sa gestion. Des représentants des sections cantonales romandes siègent au Comité qui s’occupe des affaires courantes. La rédaction participe aux séances du Comité, mais sans disposer du droit de vote.