Mendicité=insécurité?

Il faut le dire • Lors du débat relatif à l’élection du 28 février à la Municipalité de Lausanne sur la Télé (chaine valdo-fribourgeoise basée à Lausanne), au cours duquel le thème de l’insécurité a été abordé, les journalistes ont parlé de dealers et de mendicité. Or, contrairement au deal, la mendicité ne peut être considérée comme de la criminalité, car ce n’est pas un crime que d’être pauvre. Lors de ce débat, les personnalités de droite, UDC en tête, n’ont cependant pas hésité à démontrer que les mendiants et autres Roms participaient à créer un «sentiment d’insécurité» développé par la population.

Décès de Benoît Violier: un minimum de réserve, s’il-vous plaît!

Il faut le dire • Le décès du «chef triplement étoilé» Benoît Violier a donné lieu, et continue de donner lieu, à l’une de ces gargantuesques orgies journalistique dont le microcosme a le secret. On ne compte plus les articles, analyses, témoignages, hommages reniflants de tout ce que la Suisse romande compte de people, de gens fortunés et de décideurs,...

Criminaliser les différences dès l’école primaire

Il faut le dire • La commune soleuroise d’Egerkingen fait à nouveau parler d’elle: les autorités ont décidé que les élèves de l’école primaire n’auraient plus le droit de s’exprimer dans une autre langue que l’allemand ou le dialecte, et ce dans tout le périmètre de l’école, y compris la cour de récréation. En cas de non-respect de cette nouvelle...

Si c’est pas cher, ça ne vaut rien

Il faut le dire • «Le coût des études universitaires n'est pas suffisamment élevé en Suisse pour que les étudiants se rendent compte de la qualité des enseignements et à quel point l'acquisition de connaissances est quelque chose de précieux», estime le professeur genevois Denis Duboule. En voilà un qui a sans doute perdu une occasion de se taire.

Paradis perdu

Il faut le dire • Au rang des tendances politiques phares pour 2016, on verra sans doute l’accroissement de la volonté des Européens de se barricader à l’intérieur de leur forteresse et la progression logique des mouvements conservateurs à la rhétorique anti-immigré de plus en plus décomplexée qui en découle...