« C’est dans la cellule familiale qu’il y a le plus de viols »

Pendant le procès Pré-Naville, procès de 1983 traitant d'un viol collectif commis par les Pharaons, un groupe de fascistes, des militantes issues du Mouvement de libération des femmes (MLF) fondèrent le collectif Viol-Secours pour soutenir les femmes victimes de violences sexuelles, leur offrir une permanence, des conseils et un espace d'accueil. Face à l'invisibilité de la problématique des violences sexuelles, les permanentes de Viol-Secours militèrent parallèlement pour amener ce thème alors fortement tabou dans l'espace public, déconstruire les mythes entourant le viol et enrayer les stigmatisations à l'égard les femmes victimes de violences sexuelles. 26 ans plus tard, Viol Secours ne faiblit pas dans son combat pour soutenir ces mêmes femmes. Entretien avec Amanda Terzidis, co-responsable, avec deux autres collègues, de l'association depuis bientôt 4 ans, qui rappelle les dangers inhérents à trop promptement croire que l'égalité hommes-femmes est à portée de main à Genève.

Pendant le procès Pré-Naville, procès de 1983 traitant d’un viol collectif commis par les Pharaons, un groupe de fascistes, des militantes issues du Mouvement de libération des femmes (MLF) fondèrent le collectif Viol-Secours pour soutenir les femmes victimes de violences sexuelles, leur offrir une permanence, des conseils et un espace d’accueil. Face à l’invisibilité de...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !