« Peut-on se targuer d’être de gauche quand on attaque les acquis sociaux ? »

Le 17 janvier, le Conseil d'Etat a menacé de révocation Rémy Pagani, conseiller administratif de la Ville de Genève, pour s'être rendu à deux séances du conseil d'administration des Transports publics genevois (TPG). « Une décision grotesque et pitoyable » selon le magistrat d'Ensemble à gauche. Il a d'ailleurs recouru devant la chambre administrative de la Cour de justice contre l'amendement ad hoc voté en octobre par le Grand Conseil visant à lui interdire de siéger aux TPG. Au-delà de cette nouvelle passe d'armes entre Canton et Ville, que certains qualifieront de « Genferei », Rémy Pagani fait avec Gauchebdo le tour des dossiers chauds du moment et revient sur les prochaines élections cantonales qui se dérouleront cet automne.

Le 17 janvier, le Conseil d’Etat a menacé de révocation Rémy Pagani, conseiller administratif de la Ville de Genève, pour s’être rendu à deux séances du conseil d’administration des Transports publics genevois (TPG). « Une décision grotesque et pitoyable » selon le magistrat d’Ensemble à gauche. Il a d’ailleurs recouru devant la chambre administrative de...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !