Le MCG veut une presse à sa botte

GENÈVE • Comme les pires partis d'extrême droite, la formation genevoise ne se contente pas de désigner des boucs émissaires comme les frontaliers, elle n'hésite pas non plus à intimider ses adversaires politiques et les journalistes qui font leur métier. Poggia et Stauffer menacent le vivre ensemble, mais aussi la liberté d'expression.

Comme les pires partis d’extrême droite, la formation genevoise ne se contente pas de désigner des boucs émissaires comme les frontaliers, elle n’hésite pas non plus à intimider ses adversaires politiques et les journalistes qui font leur métier. Poggia et Stauffer menacent le vivre ensemble, mais aussi la liberté d’expression. Des membres de la direction...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !