TiSA veut passer sous les radars

Tractations secrètes • L’accord sur la libéralisation des marchés de services est négocié cette semaine à Genève par une cinquantaine de pays, dont la Suisse. Il menace notamment les services publics.

La résistance contre le traité néolibéral Tisa a mobilisé de nombreux militants à Genève, qui s’opposent à un libre-échange sans règle , ni contrainte au profit des seules multinationales. ©Carlos Serra
7 juillet 2015, devant l’ambassade d’Australie à Genève, 9 heures 30. Les manifestants réunis ici depuis une heure à l’appel du comité Stop-TiSA sont priés par la police cantonale de quitter les lieux. Il ne faut surtout pas déranger les grands messieurs qui vont discuter dérégulation et gros sous. C’est en effet la Suisse qui,...
Pour accéder à ce contenu, vous pouvez vous abonner ou payer 3 CHF pour accéder à l'ensemble du site pour une journée !
Si vous avez déjà un abonnement qui inclut l'accès en ligne, merci de vous connecter !